UN « BEAU » DIMANCHE EN FRANCE...

Publié le par Gildas Le Breton

UN « BEAU » DIMANCHE EN FRANCE...

En ce 8 mai, toujours chômé, je suis allé à Florac, porte du département de la Lozère quand on vient de Nîmes.

Pourquoi Florac ?

Parce que je suis actuellement à Nîmes et que je n’avais pas envie d’aller voir la mer.

Mais Florac a peu d’importance ici, j’aurai pu démarrer mon article d’ailleurs.

Bref à Florac était ouvert cet après-midi-là les bars accueillant des touristes, motards ou randonneurs, et les magasins vendant des produits locaux. Tous les autres étaient fermés puisque nous étions un jour férié : les propriétaires-employés de ces magasins ont eux aussi besoin de ces jours pour se retrouver en famille ou faire ce qui leur plait.

En Allemagne aussi les magasins sont fermés les dimanches et jours fériés, tous les magasins y compris les boulangeries ! Quelque soit la taille de la ville d’ailleurs si ce n’est quelques lieux touristiques où il faut bien se restaurer.

Je pensais aux sénateurs qui viennent d’autoriser l’ouverture des magasins x dimanches par an.

Que souhaitent-là nos gouvernants et M. Macron en premier ? Former des cohortes de frustrés ? Qui ayant parcouru les allées des centres commerciaux auront dû résister à toutes les tentations ?

A moins que surendettés ils soient plus dociles lors de négociations salariales ?

Certes des employés stipendiés (dans ce cas on ne peut pas écrire salariés) par les grandes enseignes demandent pour quelques euros de plus et très égoïstement que leur magasin soit ouvert sur une plus grande amplitude.

Pour revenir à l’Allemagne, le bricoleur du dimanche se prépare, fait ces achats en semaine ou le samedi et bricole le dimanche. En France le bricoleur doit certainement obéir à des impulsions ! Je n’ai pas voté pour que mon but de vie soit d’errer dans les allées de centres commerciaux, j’ai voté, du moins le pensais-je, pour des gens qui allaient mettre un peu la finance de côté et apporter de la culture et de l’envie de vivre. Je peux accepter, même si cela n’est pas très plaisant, d’être assommé d’impôts mais je refuse que ma vie se résume à boulot-centres commerciaux-dodo.

M. Macron se trompe de bataille et ne mène qu’un combat d’arrière-garde pour les grandes enseignes qui sont déjà passées à autre chose : la vente en ligne où les grands gagnants sont américains.

D’abord ces centres commerciaux ne sont intéressants que si l’on y va en voiture. Quoi de plus pénibles que de prendre les transports en commun chargé de paquets. La paupérisation générale oblige à faire des choix : est-il encore intéressant de faire ces kilomètres ? M. Macron n’a pas ces problèmes.

Pourquoi faire des kilomètres alors qu’internet m’ouvre le monde, que je peux commander ce que je veux, quand je veux et au meilleur prix grâce à tous ces comparateurs ?

Je peux me faire livrer chez moi ou dans un point à proximité. Pour l’alimentaire, en restant dans cette logique, le vendredi soir je passe au « drive » pour charger la commande passée la veille au soir sur internet.

Non M. Macron, vous auriez dû ne pas céder aux sirènes de ces marchands et resserrer les liens avec l’Allemagne en copiant leurs dimanches.

Des dimanches occupés à se cultiver. Ne serait-ce que profiter de la nature dans les parcs avec des animations simples ouvrirait l’appétit. N’oublions pas les paroles de Danton «Après le pain, l’éducation est le premier besoin du peuple. »

Et Florac dans tout cela ?

A Florac comme partout les magasins de ville ferment à cause de la concurrence déloyale des centres commerciaux dont les lumières attirent le chalands comme les plumes de mitraillettes les maquereaux.

Quant à moi, je ferai attention quand je mettrai mon bulletin dans l’urne.

NDLR : Pour ceux qui n'auraient pas vu le film "Les enfants du marais", l'étang aux grenouilles est asséché pour laisser place à un super-marché.

sport voiliers vacances etoileb-002    Gildas Le Breton

 

Publié dans GILDAS LE BRETON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gildas le Breton 13/05/2015 00:56

Bonsoir à tous,
Effectivement les croisiéristes aimeraient ne pas trouver une ville fantôme le dimanche. Mais combien de magasin sont ils prêts à ouvrir à chaque escale? Regardez qui soutient la loi Macron : les grandes enseignes ! Il n'était pas dans mon esprit de refuser tout travail le dimanche, beaucoup de gens y trouvent leur compte tant comme client que comme employé mais il faut une concurrence loyale. Comment certains travailleurs indépendants peuvent soutenir ce rythme imprimé par des entreprises où les tâches sont réparties ?
Pour ma part j'apprécie beaucoup de faire le marché le dimanche matin à Octeville ou aux Halles centrales.
Je m'insurge contre la vision mercantile du futur que M. Macron me propose. Et je le répète des sociétés similaires à la nôtre vivent très bien sans ouvrir les magasins le dimanche.
Enfin nous pourrions aussi étendre l'ouverture 24 h sur 24 : Walmart le fait très bien aux Etats-Unis. Pas d'attente aux caisses à 2 heures du matin!
Et il n'empêche que les villages se meurent, que malgré la venue de touristes, les changements d'enseigne, hormis les bars et restaurants, sont fréquents à Etretat.
Bien à vous,
Gildas le Breton

Patrick 12/05/2015 09:38

Les nombreux passagers qui débarquent au port du Havre le week-end lors des escales des gigantesques navires de croisière seraient heureux de pouvoir "faire des courses" et de se promener ailleurs que dans une ville fantôme le dimanche !
Certes, ce n'est qu'un exemple....

Et le commerce ne se limite pas aux centres commerciaux, c'est une vision bien réductrice.

Je connais beaucoup de "petits commerçants et artisans" qui seraient contents de pouvoir ouvrir le dimanche, ne serait-ce que pour pouvoir payer le RSI !

Ah non, en général les "travailleurs indépendants" consacrent leurs dimanches et jours fériés à ces innombrables travaux administratifs qui "empoisonnent la vie".

acid'eure 12/05/2015 06:53

ben s'il n'y avait pas de clients, les magasins ne seraient pas ouvert !!!
petite histoire arrivée à mon épouse travaillant le dimanche (3 fois sur 4 le mois) dans un restaurant d'autoroute (A13, ha ces parisiens !!!! peuvent pas rester chez eux). Dimanche dernier, arrivée à la caisse, une cliente s'offusque que le restaurant soit ouvert un dimanche, pensant prendre en pitié mon épouse (ha ces bobos parisiens !!!). Réponse de mon épouse " et oui, madame, si vous n'étiez pas là, le restaurant serai fermé, et moi au chômage). Mais il est vrai que pour aller au resto, cinéma, parc d'attraction, prendre le train, etc etc etc, c'est normal, du moment que c'est pour prendre du plaisir, pendant que l'on se fait servir !!!!