ON EST DES PAUVRES PAYSANS !

Publié le par Patrick ROBERT

ON EST DES PAUVRES PAYSANS !

Voici quelques illustrations pour essayer d’y comprendre quelque chose.

ON EST DES PAUVRES PAYSANS !

Le lait entier payé actuellement 30 centimes le litre (à des prix en très forte baisse) au producteur se retrouve en demi-écrémé à 90 centimes chez Carrefour, son prix a donc été multiplié par 3, même si on tient compte de la TVA.

Cela permet une belle cascade de marge !

Imaginez une baguette de pain produite 50 centimes d’euros par votre boulanger et vendue 1,50 euros, qui l’achèterait ?

Personne.

Cet exemple illustre parfaitement bien le mode de fonctionnement des centrales d’achat de la grande distribution tout comme celles de la restauration collective : On part d’un prix d’acceptabilité pour le client, on ne touche surtout pas aux niveaux de marge des divers intervenants et on en déduit ainsi le prix maximum à payer au producteur.

Et si ce dernier n’est pas content, on va voir ailleurs en Europe, ou ailleurs…., parfois loin ailleurs comme pour les agneaux Néo-Zélandais de chez Picard (impossible d’aller plus loin, c’est aux antipodes) ou les poulets Brésiliens (probablement des poulets travellos élevés à forte doses d’hormones, mais Monsieur Xavier Beulin, le PDG de la FNSEA qui en importe allègrement pour les usines Françaises en mange rarement).

On comprend que les producteurs de lait aient du mal à s’en sortir !

Rappelons qu’un bon litre de lait frais sorti tout crémeux du pis d’une belle vache coûte le quart du litre de gas-oil à la pompe chez Leclerc !

C’est délirant !!

Le lait et les produits laitiers sont distribués à 80% par la grande distribution et ses 5 centrales d’achat…., un quasi-monopole et des soupçons d’ententes

 Passons à présent au cochon.

Voici l’évolution du cours du kg de cochon Breton d’Août 2014 à ce jour.

On note une forte baisse en début d’année pour arriver à un niveau d’environ 1,40 € le kg de cochon de charcuterie.

L’image du dessous, ce sont les tarifs pratiqués par Carrefour aujourd’hui.

3 euros la barquette de 400 g de côtes de porc, cela fait 7,50 euros le kg !

Fichtre, à comparer à 1,40 le kg à la production, c’est multiplié par 5 !

A qui profite le crime ???

Très difficile à cerner, mais la grande distribution, les centrales d’achat de la restauration collective et publique et les grandes chaines de restauration, elles gardent leurs marges à n’en pas douter, d’où la pression sur les prix d’achat et les importations massives de « viande industrielle ».

Chez Buffalo Grill, la viande que l’on mange est importée pour moitié….

Moi, quand je constate tout cela, j’ai bien envie d’élever le cochon  et de le coller au congélateur une fois tué et débité.

Comme on le faisait chez ma grand-mère, même si le congélateur n’existait pas…

ON EST DES PAUVRES PAYSANS !
ON EST DES PAUVRES PAYSANS !

Il est bien loin ce temps-là, à supposer qu’il ait existé un jour !

MR PATRICK  Patrick ROBERT

Publié dans PATRICK ROBERT

Commenter cet article