SO BRITISH…(2ème épisode)

Publié le par Patrick ROBERT

SO BRITISH…(2ème épisode)

Après cette première étape Galloise (le Pays de Galles est absolument magnifique et, à mon avis, beaucoup trop méconnu), en route pour l’Angleterre direction Millom, sur la côte dans la région des lacs.

Quelques conseils si vous voyagez en voiture en UK : Prenez un GPS et une carte FRANCAISE !

Les Britanniques ne font rien comme tout le monde, en particulier la façon de plier les cartes routières. Si, comme c’était le cas, votre itinéraire se trouve « sur la tranche », vous devenez vite cinglé quand, retournant votre carte comme une bonne vieille Michelin, vous vous retrouvez en fait du côté opposé à 360 degrés ! Irritation garantie !

Un autre point fondamental en territoire Britannique, c’est que la ligne droite est rarement le plus rapide chemin pour aller d’un point à un autre. Compte tenu de la densité, de la qualité du réseau routier et du caractère très « montagneux » du relief, privilégiez les routes M (les autoroutes), N ou A plus un chiffre, les nationales, A plus deux chiffres, les départementales, AB plus 3 chiffres, les ?? c’est à éviter…

Le réseau routier est effectivement beaucoup moins dense qu’en France et de très médiocre qualité avec de nombreux « bouchons mobiles » créés par les tracteurs agricoles qui circulent sur les nationales ou les feux tricolores de circulation alternée en cas de travaux ou quand la route est jugée trop étroite pour se croiser.

Alors dès que c’est possible : Foncez et doublez tout ce que vous pouvez, de toutes façons on ne peut rouler vite très longtemps !

J’ai prévu une « Guest House » pour cette deuxième étape à Millom.

Apprécions le professionnalisme des propriétaires qui m’envoient un long SMS me rappelant l’itinéraire à suivre, le créneau horaire d’arrivée souhaité, les conditions de l’hébergement etc…

La Guest House est une de ces vieilles bâtisses en pierre grise avec grand escalier du style « manoir à la Hercule Poirot », c’est charmant et désuet à souhait, la chambre est vaste et donne sur la campagne et la mer, l’eau de la douche (avec ce petit chauffe-eau individuel qu’on ne trouve qu’en UK et qui terroriserait n’importe quel plombier Français) tout juste tiède et l’entretien général un peu limite…

Le propriétaire passe son temps dehors à fumer en téléphonant, il a vécu 3 ans à Jersey et connaît bien la Bretagne et la Normandie, il adore la France et la cuisine Française !

Sans surprise, je constate que l’énorme 4x4 garé dans le parking appartient à un jeune couple d’Allemands pas aimable du tout…

De jeunes Indiens jouent au cricket sur la pelouse, sous l’oeil expert de deux vieux couples typiquement British.

C’est marrant comme ambiance, complètement « décalé », on adore !!

Seul problème de taille, c’est Dimanche, et tous les restaurants du village sont fermés. N’ayant avalé qu’un sandwich depuis le matin, la fringale arrive…

Tout fermé, que nenni, on trouve un traiteur chinois ouvert, vous savez ces « take away » que l’on trouve partout.

Je commande un « menu pour trois » et me retrouve avec une montagne de victuailles !

Il faut savoir que, d’une manière générale, les quantités servies en UK n’ont rien à voir avec nos quantités Françaises, vous pouvez diviser par deux sans problème !

Nous emmenons tout cela dans la chambre (bien que ce soit interdit) et faisons probablement notre meilleur repas depuis deux jours !

SO BRITISH…(2ème épisode)

Le programme de ces deux jours : J1 une ballade en petit train à vapeur, J2 les lacs.

Nous aimons beaucoup les petits trains à vapeur. Les Britanniques ont gardé de très nombreuses lignes à voie étroite menant en général à des carrières et à des mines et les ont transformées en lignes touristiques qui desservent les chemins de randonnée.

Les trains de la Compagnie « Ravenglass and Eskdale Railway » sont parfaitement conformes au modèle, avec gare et train miniatures !

SO BRITISH…(2ème épisode)
SO BRITISH…(2ème épisode)

Une grimpette dans les bois le long de la colline, des arrêts dans quelques minuscules gares avec force sifflements de vapeur, arrivée au terminus et retour !

Ce qui a été surtout amusant, c’est que nous avons fait le voyage avec un car de personnes (très) âgées qu’il était plaisant de voir entassées dans les petits wagons et riant de toutes leurs dents (ou plutôt de tous leurs dentiers) comme des gosses !

Très touchant.

On m’avait vanté la beauté de la région des lacs, haut lieu du tourisme en Angleterre, raison pour laquelle j’avais prévu cette étape et j’avoue ne pas avoir été déçu !

Quoi de plus efficace pour voir un lac que de le traverser en bateau, même s’il s’agit d’un gros « promène-couillons » comme on dit à Marseille ?

L’arrivée au lac de Windermere évoque Bagnoles de l’Orne, mais en beaucoup plus grand. Le parking est grand et bien aménagé avec une aire réservée aux cars et des circulations prévues pour les handicapés.

Pour patienter entre deux navires de promenade, on trouve un aquarium avec tous les types de poissons du lac et quelques curiosités comme cette petite grenouille rouge, c’est l’animal dont le venin est le plus mortel du monde, et même des petits singes à adopter !

Sacrés Anglais !

SO BRITISH…(2ème épisode)

Le lac est superbe et de magnifiques propriétés s’élèvent sur ses rives.

Il est difficile de trouver une architecture plus British que celle de ses ports, voyez plutôt !

SO BRITISH…(2ème épisode)
SO BRITISH…(2ème épisode)
SO BRITISH…(2ème épisode)

Le retour (on navigue en fait d’une extrémité du lac à l’autre) a été gâché par l’invasion d’un essaim de jeunes Chinois et, tandis que l’aller s’était déroulé dans un calme propice à la méditation, l’ambiance du retour était plutôt celle d’une volière avec des jeunes Chinoises piaillant et courant partout smartphone à la main avec cette perche qui permet de prendre des « selfies »…..

J’ai cru qu’une petite Chinoise allait se jeter sur mon fils, tant elle était fascinée par lui !

Enfin, il faudra s’y faire.

Sur le chemin du retour, ne manquez surtout pas le « Motor Museum ». 

Une partie du musée est consacrée à l’exposition de voitures et motocyclettes anciennes, de la De Dion Bouton aux voitures de course actuelles, et l’autre partie à Donald Campbell !

Donald Campbell, c’est ce « fêlé » Anglais, résident au bord du lac, qui battait des records de vitesse sur terre et sur l’eau et s’est tué lors d’une tentative de record sur le lac voisin de Coniston.

SO BRITISH…(2ème épisode)
SO BRITISH…(2ème épisode)
SO BRITISH…(2ème épisode)
SO BRITISH…(2ème épisode)
SO BRITISH…(2ème épisode)

Je trouve qu’à 10 ans Donald Campbell ressemblait beaucoup à quelqu’un que mes proches reconnaîtront !

On a même retrouvé Rastapopoulos, en retraite des épisodes de Tintin !

SO BRITISH…(2ème épisode)

Next stage SCOTLAND !

MR PATRICK  Patrick ROBERT

Publié dans PATRICK ROBERT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article