OUI AU BIO, MAIS…

Publié le par GILDEVER

OUI AU BIO, MAIS…

Depuis son arrivée à la mairie de Louviers, Anne Terlez a fait un parcours sans faute et les Rolivalois se souviendront longtemps de sa brillante intervention lors d’un Conseil municipal aux côtés de Marc-Antoine Jamet.

Aussi, par ces temps de crise agricole, est-ce avec étonnement que nous l’avons vu brandir l’étendard bio d’une opération qui nous semble marcher sur les plates-bandes des maraîchers et des éleveurs.

Gildever a accepté de donner son point de vue, qu’il en soit remercié.

"MANGER BIO !" C’est le défi lancé par La Communauté d’Agglo Seine-Eure. Pour ce faire, la CASE s’est associée à Inter-Bio-Normandie. Une association censée fédérer les acteurs bio normands et dont les objectifs sont :

     -favoriser les échanges entre les opérateurs de la   filière bio normande,

-inciter l’émergence de nouveaux opérateurs (transformateur, distributeur…),

       -développer la commercialisation des produits bio,

-jouer le rôle d’interface entre les institutions et la filière économique bio, notamment par l’incitation du bio en restauration collective….

Anne Terlez, Présidente de la Commission Politique de la Ville et de la Transition énergétique à la CASE précise que « La question de l’alimentation est une question sociétale. Avec le défi Familles à Alimentation Positive, nous abordons le développement durable, l’économie locale, l’écologie, la santé, le tout dans la convivialité » et de préciser que « L’idée est de mieux manger et de promouvoir l’agriculture biologique… qui n’occupe en Haute-Normandie que 1% des terres cultivées ! »

Si le principe de « manger Bio » est à la fois bénéfique pour la santé alimentaire, il l’est aussi pour la défense de l’environnement.

Cependant la méthodologie de ce défi semble réducteur, à savoir qu’elle vise des familles qui seront sélectionnées ? pour « consommer Bio » d’octobre à juin. Les relevés de leurs achats en nourriture en début et fin de saison devront être présentés afin de comparer la part des produits bio et leur éventuelle progression… ???

Des visites touristiques, ou au mieux pédagogiques, devraient être organisées chez des éleveurs et des agriculteurs ainsi que des "soirées bio" avec diététicien-nutritionniste dans le cadre d’ateliers culinaire, jardinage et, oh ! repas partagé… Tout un programme relevant de nos anciens patronages… ou du parisianisme bobo financé par l’Agglo et donc les contribuables !

En son temps Patrick Robert avait fait une étude pertinente sur l’utilisation dévoyée des produits bio en prenant l’exemple d’une « ferme associative » sise au Bec-Hellouin, tenue par une Conseillère régionale Verte-bobo qui avait touché des subventions substantielles du dit Conseil régional pour un « centre » spécialisé en « formation au labour à cheval... » et qui avait été inauguré en grandes pompes par le président Le Vern…

Patrick avait calculé le bilan carbone d’une carotte cultivée au Bec-Hellouin, transportée avec leur 4/4 flambant neuf pour être vendue chez les bobos parisiens du XVème arrondissement : Scandaleux !

Par ces temps de crise paysanne, peut-être aurait-il été plus judicieux d’inciter financièrement nos maraîchers et nos éleveurs, authentiques professionnels, à développer le bio et à commercialiser leur production directement auprès des consommateurs, plutôt que de subventionner des associations qui leur font souvent une concurrence déloyale.

Saisons.gif  GILDEVER

Publié dans GILDEVER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

acid'eure 09/09/2015 08:17

Je ne suis pas contre les produits dits "bio" mais qui peut payer 50.00 € le kg de bœuf, 2.50 € la salade etc etc etc . Voulons-nous revenir comme au moyen âge, ou seuls les "riches" pouvait se nourrir correctement ??? Et franchement s'il y a de plus en plus d'obèses, ce n'est pas la faute des produits vendus, mais la paresses des gens qui ne veulent pas cuisiner !!! Ha oui c'est vrai, ils n'ont plus le temps. Et bien qu'ils laissent un peu de côté leurs Smartphones et autres tablettes pour réapprendre à se faire de bons petits plats, comme des carottes râpées, plutôt que les acheter en barquettes !!! Et quelle naïveté en pensant qu'acheter au producteur du coin c'est du bio !!!!!
Il y a un producteur dit "bio" sur le marché de louviers tout les samedis, c'est le premier à dire que le 100 % bio ne peut exister, si on veut connaître à nouveau les famines du moyen âge, allons y, faisons du "bio" à outrance !!!