LE DIALOGUE SELON SAINT FRANÇOIS !

Publié le par LE SCARABÉE NOIR

LE DIALOGUE SELON SAINT FRANÇOIS !

La proposition 55 du candidat visait à instaurer le dialogue social en France et à inscrire cette nécessité dans la constitution.

Mais fort habilement, le candidat Hollande ne définissait pas sa conception du dialogue social.

On sait maintenant ce qu’il en est, à la lumière des récents événements chez Air France !

Le dialogue social, selon Saint François Hollande, c’est le pugilat !

Quel triste spectacle notre pays offre au monde et chez Air France, qui plus est.

AIR FRANCE, l’air de la France !

Mais quelle France !

Une France déchirée, une France déchiquetée, une France en lambeaux !

Ce n’est même plus un « capitaine de pédalo » qui est à la barre !

Il n’y a clairement plus de gouvernement, mais quelques pots de fleurs dont Najat et Fleur (la bien nommée) sont d’éminentes icônes et des ministres d’une incompétence jamais égalée.

Le pays n’est plus dirigé que par quelques jeunes « hauts fonctionnaires brillants » dont l’improbable Macron et ses autocars fumants et crachant des particules que Ségolène veut arrêter aux portes de Paris, comme elle eût arrêté le nuage de Tchernobyl en d’autres temps.

Remarquez, c’est probablement le souhait du « Président » que le pays soit dirigé par des hauts fonctionnaires.

Pour le « Président », le haut fonctionnaire (corps dont il fait partie) est un personnage sacré qui doit bénéficier du statut privilégié de l’emploi à vie si, naturellement, il le souhaite !

Dans un pays dont le « premier citoyen » monte au créneau pour défendre ses propres privilèges, pourquoi s’étonner que chaque « corporation » fasse de même ?

Ne dit-on pas que l’exemple vient d’en haut ou, plus prosaïquement et de façon plus réaliste, que « le poisson pourrit par la tête » ?

Alors que les pilotes défendent leurs privilèges de pilotes, les notaires leurs privilèges de notaires, les lamaneurs leurs privilèges de lamaneurs etc….

Et que ceux qui n’ont pas de privilèges, les « sans dents » qui deviennent aussi des « sans chemises » et des « sans culottes » se révoltent !

Pourquoi pas derrière la bannière de Philippe de Villiers ?

Et pourquoi ne pas remplacer notre hymne national par ceci :

  Le Scarabée Noir.

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article