TROP DE LGV TUE LE TGV

Publié le par Gildas Le Breton

TROP DE LGV TUE LE TGV

Bien qu’au Ghana, je m’intéresse à l’actualité française et la récente décision anti démocratique du gouvernement me fait de nouveau réagir.

Certes les élus le sont, par essence, pour nous représenter mais j’ai souvent l’impression qu’ils privilégient leur notoriété future plutôt que les demandes de leurs électeurs.

On devrait détruire et interdire toutes les plaques de marbre posées lors des premières pierres ou des inaugurations. On devrait interdire que certains en tirent gloriole.

Donc voilà que quelques élus influents ont réussi à faire signer l’autorisation de travaux pour 2 futures lignes TGV, Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, qui ne seront jamais rentables. Ils s’enorgueilliront d’avoir contribuer à l’aménagement du territoire, de leur fief, sans avoir vu au-delà et tenu compte de l’intérêt général.

On dit qu’une partie de cette ligne modifiera négativement et profondément l’équilibre écologique du Sauternes. Les élus sont capables, pour quelques voix, de tuer la poule aux œufs d’or.

Dans le même temps la SNCF et tous les opérateurs du rail verront leurs droits de péage augmenter ce qui ne pourra que faire plaisir aux autocaristes promus par E. Macron : trop de LGV tue le TGV.

Dans cette logique, la SNCF augmentera ses pertes qu’elle voudra compenser. Pas question de fermer ces lignes déficitaires mais à peine créées à grand frais, elle tapera sur les petites lignes, diminuera la fréquence des TER ou en reportera les coûts sur les régions.

Pour ces TGV refusés par toutes les associations, refusés par l’enquête d’utilité publique, refusé par la commission d’enquête, combien de personnes seront contraintes ailleurs en France à prendre leur voiture parce que le service SNCF se sera dégradé ?

Il est passé le temps des aménagements à tout va, sans compter à la dépense. Des aménagements destinés à enrichir quelques-uns sans participer au bien-être des autres.

Ce gouvernement ne sait plus qui il est. Assourdi par les sirènes du libéralisme il croit avancer dans une direction de progrès en abandonnant toute autre idée, toute autre valeur.

Ce sont ces mêmes sirènes qui lui font, en Bretagne dans l’ouest des Côtes d’Armor, faire à nouveau fi des demandes populaires, faire à nouveau fi des responsabilités écologiques et, cette fois-ci de plus, faire fi des votes de tous les élus locaux : en signant le droit de piocher à grande échelle dans une dune de sable protégeant une baie où, certes il y a 50 ans, se tint à plusieurs reprises les championnat du monde de pêche en mer. On y détruit une dune millénaire, un écosystème entier pour le bien d’une compagnie.

Comment ne pas comprendre quelle est la cause de la désaffection des électeurs pour des élus qui ne représentent plus rien : soit ignorés soit à l’origine de décisions rejetées.

Il est temps de remettre les pendules à l’heure et d’avoir des élus qui nous représentent, pas des gens d’appareils porteurs de godillots.

Mais certainement pas par le Front National et Marine Le Pen dont le seul but est de faire prospérer sa famille, au sens littéral du terme, grâce à l’argent des contribuables et des généreux donateurs.

sport voiliers vacances etoileb-002    Gildas Le Breton

Publié dans GILDAS LE BRETON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

acid'eure 05/10/2015 06:22

trop de démocratie devient de l'anarchie !!!