ET SI ON SE TROMPAIT DE CIBLE ?

Publié le par Patrick ROBERT

ET SI ON SE TROMPAIT DE CIBLE ?

Il est vrai qu’il est tentant, surtout en France, de se retourner vers l’Etat, les politiques et les fonctionnaires quand « tout va mal », et il est bien vrai aussi que « tout ne va pas pour le mieux » en France.

La faute à quoi ?

Notre pays ne créée plus ou pas assez de richesse et la « relance » ne vient pas malgré un prix du pétrole dérisoire, de l’argent en abondance à des taux d’intérêts négatifs, une main d’oeuvre pléthorique et, quoi qu’on en dise, bien plus qualifiée que le Chinois ou le Vietnamien moyen….

Alors quoi ?

La France est un pays « hors normes » avec un état hypertrophié dont on attend tout, ce qui est, après tout, fort louable.

Mais la France est un pays qui ne brille pas par son patriotisme….

Dès que l’Etat libéralise…. Tout s’en va et en premier lieu les riches contribuables !

La France a été une très grande puissance industrielle « du temps du Général » avec un grand G.

Et ce pour une raison extrêmement simple : La plupart des secteurs clés de l’économie étaient publics ou tout comme (Dassault, par exemple).

La grande vague de privatisations (merci Monsieur Mitterrand !) a coïncidé avec cette inexorable et ininterrompue  montée du chômage liée à la constante destruction de l’emploi industriel et ce, là aussi, pour une raison très simple : le capitalisme n’a pas de patrie, le capitalisme n’est pas patriote !

Au surplus, cette désindustrialisation a été un phénomène subi et non volontaire comme au Royaume-Uni par exemple qui a choisi de « tertiariser », voire « quaternariser » son économie.

Le patronat Français est, on le sait, extrêmement concentré : On retrouve les mêmes têtes à peu près partout.

Le souci majeur du patronat Français, ce n’est pas la France, ni les Français : Ce sont les actionnaires Saoudiens, Qataris ou autres….et donc le cours des actions et le montant des dividendes.

Les politiques eux au moins doivent rendre compte à leurs électeurs et ils payent souvent cash leurs erreurs.

Les « capitalistes », eux, ils s’en foutent royalement des électeurs.

Mais tant que « le Français » quel qu’il soit n’aura pas compris qu’il faut commencer par donner avant de pouvoir prendre, on restera dans l’impasse.

MR PATRICK  Patrick ROBERT

Publié dans PATRICK ROBERT

Commenter cet article

acid'eure 09/04/2016 14:03

et l'Europe dans tout çà ? hummmm ???