« NUIT DEBOUT », NUIT DE CASSEURS FASCISTES

Publié le par Manuel GOMEZ

« NUIT DEBOUT », NUIT DE CASSEURS FASCISTES

Tout récemment, j’écrivais au sujet du mouvement « Nuit debout » : «Spontané, certes pas, mais mouvement organisé, orchestré, encadré, dirigé, comme le fut celui des « indignés », en Espagne. »

Mais il n’y avait pas de « casseurs », parmi les millions d’indignés qui se réunissaient sur les places de toutes les principales villes espagnoles. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de « communauté de casseurs » en Espagne.

Si nos forces de l’ordre n’arrivent pas à maîtriser 200 à 300 « casseurs », comment espérer qu’elles puissent lutter contre le terrorisme de Daech ?

Si vous souhaitez rejoindre « Nuit debout », place de la République, prenez la première rue à gauche, tout à gauche.

Il y avait Mélenchon, Besancenot et Yanis Varoufakis, l’ex ministre des finances de l’extrême gauche grecque.

Mais pas d’Alain Finkielkraut, chassé aux cris de « Casse-toi facho ».

Les couleurs sont donc annoncées : le rouge et le noir. On cherchera en vain du Bleu Marine !

J’ajoutais : « Il y a toujours des meneurs qui émergent d’une foule ».

On commence à les distinguer, à les voir, à les entendre.

Si le relais n’était pas pris, ce mouvement serait déjà mort et tout ce petit monde serait rentré dormir à la maison.

-Cap 21/LRG : Corinne Lepage (une nouvelle tête de la politique !)

-Génération Citoyens : Jean-Marie Cavada (un revenant !)

-Bleu-Blanc-Zèbre : Alexandre Jardin

-Nous Citoyens : Nicolas Doucerain

-La Transition : Claude Posternak

-Le Pacte Civique : Jean-Baptiste de Foucauld.

D’autres mouvements les rejoindront, soyons-en certains.

⇒Ils ont déjà un « logo » et, bientôt, le nom d’un parti.

⇒Ils ont déjà un journal : « CQFD » : qui l’écrit ? Qui l’imprime ? Qui le dirige ? Qui le finance ?

Ils lancent une « Primaire des Français », belle idée : qui aura le droit de se présenter ?

Tiens, pour l’exemple, j’ai l’intention de m’y présenter.

J’espère qu’ils nous lisent et qu’ils prendront en considération ma candidature, car je n’ai pas d’association, ni de parti, ni de groupe, pour me soutenir.

Je n’ai jamais été condamné (casier judiciaire vierge)

Je n’ai assuré aucun mandat électoral.

J’ai travaillé quelques décennies dans la presse.

J’ajoute que je n’ai pas de compte « offshore », ni au Panama, ni ailleurs.

Que je ne souhaite pas être réélu.

Que je ne compte pas faire fortune durant mon mandat (c’est un peu tard !)

J’ai autant, sinon davantage d’expérience politique, que tous ceux qui se présenteront.

J’ai un programme sérieux : je sais les réformes nécessaires pour sortir la France de la crise et réduire la dette (près de 2.100 milliards à ce jour).

Que l’on me fasse confiance, je suis l’homme de la situation.

J’attends une réponse, mais de qui ?

  Manuel GOMEZ pour Dreuz.info

Manuel GOMEZ est né à Alger (Bab-el-Oued) le 17 novembre 1941. Il a été engagé comme journaliste pigiste par Albert Camus dans le quotidien Alger-Républicain, puis chef de rubrique à La Dépêche d'Algérie. Il a poursuivi sa carrière en France, après 1962, comme chef de rubrique dans le quotidien L'Aurore, également comme rédacteur à Paris-Turf et correspondant du quotidien Le Méridional. Depuis 1995 il a écrit 16 livres.

Publié dans DREUZ INFO

Commenter cet article