HILLARY CLINTON, LA FAVORITE DE ''LA GAUCHE FRANÇAISE'' A CONSTAMMENT MENTI DEPUIS 15 MOIS

Publié le par Jean-Patrick Grumberg

HILLARY CLINTON, LA FAVORITE DE ''LA GAUCHE FRANÇAISE'' A CONSTAMMENT MENTI DEPUIS 15 MOIS

Le directeur du FBI James Comey a conclu son enquête sur l’emailgate. Il a démontré qu’Hillary Clinton a menti depuis 15 mois sur l’affaire des emails. Pourtant, il n’a pas recommandé de poursuites. Il y a une justice pour les hommes, et une autre pour Hillary Clinton.

James Comey est un homme respecté de tous, à droite comme à gauche. Je n’ai entendu qu’une seule personne douter de sa probité et affirmer qu’il met la politique au-dessus de la justice, et qu’il n’est pas homme à aller à contre-courant. Il s’agit de Bret Stephens, du Wall Street Journal, lauréat du prix Pulitzer en 2013, qui a enquêté sur James Comey en 2013 et conclut qu’il est « surtout bon pour poursuivre ceux que Washington et la gauche considèrent comme coupables ».

Je ne dis pas que Comey est corrompu, cependant la conclusion de son rapport est étrange. Si je le résume, James Comey décrit minutieusement en quoi Hillary Clinton est coupable, et il conclut par « non coupable… ».

Ce que l’enquête du FBI a découvert :

-Hillary Clinton n’avait pas un mais plusieurs serveurs de mails. Elle a utilisé plusieurs smartphones (Clinton a menti en déclarant, au début du scandale, avoir installé un serveur privé pour des raisons de convenance pratique, à savoir éviter d’avoir à utiliser plusieurs smartphones)

-sur le groupe de 30.000 emails récupérés, 110 d’entre eux contenaient des renseignements classés confidentiels au moment où ils ont été envoyés ou reçus. (Clinton a menti en affirmant lors de toutes ses interviews qu’aucun email marqués comme classés confidentiels ou secrets au moment où elle les a envoyés ou reçu n’ont transité par son serveur de mail)

-8 de ces emails contenaient des informations top secret.

-36 contenaient des renseignements secrets.

-8 contenaient des informations confidentielles (le niveau le plus faible de classification top secret)

-En plus de cela, environ 2.000 mails ont été ultérieurement classés confidentiels — ils ne l’étaient pas au moment où ils ont été envoyés.

Le FBI a également découvert plusieurs milliers d’emails professionnels qu’Hillary Clinton n’a pas remis à son administration en 2014. (Clinton a menti en déclarant à de nombreuses reprises avoir remis la totalité de ses emails au Secrétariat d’État) Parmi eux, 3 étaient classés, 2 au plus haut niveau de classification top secret, 1 au niveau confidentiel.

Pendant cette première longue partie de sa conférence de presse, que j’ai enregistrée par souci du détail, Comey a donc détaillé les nombreuses fautes, mais aussi les mensonges d’Hillary Clinton, et il les a servis sur un plateau à son concurrent Donald Trump.

Puis James Comey indique que Hillary Clinton a fait « preuve d’une extrême négligence dans la gestion d’email ultra sensibles, hautement confidentiels, et classés top secret ».

Comey devra cependant s’expliquer sur plusieurs points :

Il devra dire pourquoi il accuse Hillary Clinton « d’extrême négligence » dans la gestion d’emails ultra-sensibles et classés top secret, et qu’il décide de ne pas proposer de mise en accusation alors que la loi sur l’espionnage précise spécifiquement que « l’extrême négligence » est passible de sanctions pénales.

Il devra expliquer, après avoir détaillé l’ensemble des délits dont Hillary Clinton s’est rendue coupable, pourquoi il affirme qu’aucun procureur ne réclamerait la constitution d’un jury public pour envisager des poursuites, alors que de nombreux procureurs ont depuis publiquement déclaré qu’ils engagent constamment des poursuites pour des fautes bien moins graves.

Il devra aussi expliquer, et c’est ce qui m’a terriblement choqué dans sa déclaration, pourquoi il pense, je le cite : « pour être clair, je ne sous-entends pas que dans des circonstances semblables, une personne qui a ce genre de comportement n’aurait pas à rendre des comptes. Au contraire, les personnes [qui se rendent coupable de ce genre de délit] sont toujours administrativement ou sécuritairement sanctionnées, mais ce n’est pas ce que nous décidons maintenant ».

Si n’importe qui est coupable de tels délits, il sera poursuivi en justice. Mais pas Hillary Clinton. Dire aussi crûment que Hillary Clinton est au-dessus des lois me stupéfait, j’ai réécouté la déclaration de Comey deux fois pour y croire. Nous sommes passés dans une république bananière.

⇒ En plus de ce dossier sulfureux, un détail supplémentaire a attiré mon attention. Catherine Herridge la journaliste en chef spécialisée dans les dossiers sur le renseignement et le FBI pour la plus grosse chaîne d’information américaine Fox News a déclaré ceci :

« Je connais bien James Comey, c’est un homme qui ne tourne pas autour du pot, qui n’hésite jamais à répondre à des questions embarrassantes, et il l’a encore prouvé récemment avec l’attentat d’Orlando. Lors de ses conférences de presse, il répond aux questions des journalistes sans aucune langue de bois. Lors de sa conférence de presse sur les serveurs de mail de Clinton, j’étais assise au premier rang, mais il n’a pris aucune question comme à son habitude, il est immédiatement sorti de la salle dès qu’il a terminé son communiqué, c’est la première fois que cela se produit… »

Comey a exposé un à un tous les mensonges de Clinton, et les journalistes honnêtes — et contrairement en France, il y en a dans tous les médias, même de gauche — se sont empressés de montrer les déclarations d’Hillary Clinton à côté de celles du directeur du FBI. Le résultat est dévastateur pour Clinton. Megyn Kelly a ainsi passé en direct 16 enregistrements où Clinton ment effrontément.

James Comey doit témoigner devant la Chambre des représentants du Congrès. J’en attends très peu, car le parti Républicain est corrompu, délabré, déconnecté du réel, incompétent et en perdition, il ne cesse de le montrer depuis qu’il a gagné la majorité dans les deux Chambres du Congrès en 2014, et a déçu son électorat en n’en faisant strictement rien : il a voté toutes les demandes d’Obama.

Ma conclusion :

« Toute personne raisonnable, avec la position de la Secrétaire d’Etat Clinton, aurait dû savoir qu’un serveur non sécurisé ne convenait pas pour tenir ce genre de conversations secrètes », a déclaré le directeur du FBI. « Même si un email n’est pas tamponné top secret, ceux qui savent, ou doivent savoir que le sujet de l’email est classifié, ont l’obligation de le protéger », ajoute Comey.

Le président des États Unis est le Commandant en chef des armées. Il détient les codes de lancement de l’arme nucléaire. A ce titre, il reçoit le plus haut niveau d’autorisation d’accès aux informations top secrets de l’État. Mais pour recevoir ces autorisations, des enquêtes sont faites, et tout manquement passé est sanctionné d’un refus d’accréditation.

Je me demande de quelle façon, si elle est élue, les services de renseignements tordront les règles pour valider les autorisations d’une personne que le FBI a déclaré être ‘‘d’une extrême négligence’’ dans la gestion d’emails ultra-sensibles et classés top secret.

Avec l’aimable autorisation de Jean-Patrick Grumberg (Dreuz.info.)

Publié dans LIBERTÉ D'EXPRESSION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article