RETIREZ-MOI CE DRAPEAU FRANÇAIS POUR ÉVITER TOUT « DÉBORDEMENT » !

Publié le par Manuel Gomez

Lettre envoyée à un occupant dont nous avons retiré le nom

Lettre envoyée à un occupant dont nous avons retiré le nom

De quel droit FONCIA peut-elle se permettre de demander à l’un de ses clients, et par lettre*, tout en le remerciant de son patriotisme (en quoi cela la regarde-t-elle ?) de retirer le « drapeau français » exposé dans son jardin « à présent, lui écrit-on, que les activités sportives estivales sont terminées et cela « dans le but d’éviter tout débordement ! »

FONCIA s’affiche comme le 1er syndic de France, le 1er loueur de France. Elle met 500 agences à votre service, elle est reconnue, entre autres, dans l’expertise de gestion des SCPI de rendement.

Mais cette entreprise française vient de faire preuve d’un anti patriotisme condamnable et d’une ingérence coupable dans la vie quotidienne des copropriétaires. Tout débordement de qui et pourquoi ?

En est-on arrivé, en France, à un point tel que l’on risque d’être agressé physiquement ou verbalement si l’on a tout simplement l’audace, le courage, d’exposer un drapeau français ?

Peut-on impunément brandir des drapeaux étrangers en diverses occasions alors qu’il semble dangereux de brandir le nôtre ?

A quel point d’abdication, devant une communauté qui souhaite imposer ses lois, ses mœurs, ses coutumes et, pourquoi pas, sa religion, sont tombés nos gouvernants, nos entreprises et nos citoyens !

FONCIA devrait avoir honte d’une telle demande écrite et cette entreprise devrait être boycottée.

Tous ses clients qui possèdent encore pour le moment un patriotisme, un honneur de vivre en France et de chanter la Marseillaise, et d’exposer fièrement nos trois couleurs, doivent impérativement quitter ce syndic.

C’est le moins qu’ils puissent faire.

L’entreprise FONCIA a oublié sans doute qu’elle est à leur service et rémunérée par eux.

© Manuel Gomez, Dreuz.info.

 

PS : A la suite de cette polémique relayée par quelques médias, la direction de Foncia a présenté ses excuses.

Publié dans DREUZ INFO

Commenter cet article