DES INSTITUTIONS À BOUT DE SOUFFLE !

Publié le par Le Scarabée Noir

DES INSTITUTIONS À BOUT DE SOUFFLE !

L’un des grands, voire le seul, mérites de ce début d’ère Macronienne, c’est de nous montrer à quel point nos institutions sont à bout de souffle…

Non Monsieur macron, on se peut s’improviser représentant élu du peuple du jour au lendemain, être un élu efficace, utile et compétent, cela nécessite une longue préparation, un long apprentissage et être député, c’est un travail à plein temps.

On ne peut raisonnablement cumuler des fonctions électives si exigeantes avec un « travail dans la vie civile », on fera nécessairement mal l’un et l’autre.

Non Monsieur Macron, on ne peut gérer une nation comme on gère une entreprise et la politique ce n’est pas du management plus de la com !

Le plus lamentable, dans ce triste spectacle qui nous est donné à l’Assemblée Nationale, c’est de voir ces jeunes députés balbutier des réponses en lisant des textes fournis par les cabinets ministériels !

La fonction de député est tellement discréditée (malgré cette timide loi sur la confiance), par cet amateurisme et ce laisser-aller (on verra bientôt des députés en short et en tongs comme le disait le Président du groupe LR) qu’on n’hésite pas à frapper une députée en plein marché, à gifler un premier ministre ou à enfariner un candidat à la présidence, sans parler des insultes en tous genres.

Clairement, le pouvoir est désormais entre les mains de la technostructure et non entre les mains    d’élus du peuple qui ne sont plus respectés.

Le coup de grâce a été donné à nos institutions par ce stupide adossement des élections législatives à l’élection présidentielle qui ont fait du président un monarque absolu disposant d’absolument tout le pouvoir.

Dès lors tout dépend de la personnalité du chef de l’état.

Si, comme Macron, il se conduit en « dictateur » voulant s’occuper de tout, c’est, tôt ou tard, l’immanquable rejet par le peuple et l’échec assuré : Un seul homme ne peut tout faire.

Dans le cas Macron, le phénomène est encore amplifié parce qu’il est, comme l’aurait dit Georges Marchais, « le produit du grand capital et de la mondialisation » et le produit de « la finance triomphante » !

Il faut retrouver le chemin de la démocratie.

La démocratie, c’est nécessairement le dialogue, la négociation (c’est-à-dire les concessions réciproques), le compromis.

Pas les ordonnances, le mot veut d’ailleurs tout dire !

Si on veut vraiment réformer la France, il faut en tout premier lieu réfléchir à de nouvelles institutions afin d’avoir une démocratie plus directe, une vraie séparation des pouvoirs et un état allégé.

Nos institutions étaient tout à fait adaptées aux circonstances de l’époque et à des personnalités telles que l’immense général de Gaulle.

Mais les temps ont changé et le niveau des hommes aussi.

  Le Scarabée Noir.

 

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Commenter cet article