LA CHASSE A LA BÉCASSE.

Publié le par Le Scarabée Noir

LA CHASSE A LA BÉCASSE.

Un intéressant débat a opposé Macron à Bruno Retailleau lors de la campagne électorale.

Bruno Retailleau, pour décrire Macron, rappelait son apprentissage de la chasse à la bécasse par son grand-père quand il était enfant.

« La bécasse, tu crois qu’elle va partir à droite et elle s’envole à gauche ! Alors si tu veux l’avoir, tire du côté opposé à celui que tu crois. »

Macron est clairement comme les bécasses : On pense qu’il va partir dans le zig, et il part dans le zag !

Il faut vendre les aéroports dit-il et il nationalise un chantier naval ! 

Au dernier conseil des ministres, il exhorte les membres du gouvernement à « donner du sens à leurs mesures ».

Donner du sens, cela signifie que ce qu’ils font n’a aucun contenu, aucune logique, que ce qu’ils font est « insensé » puisqu’il faut y trouver un sens !

Tout cela n’a aucun sens.

Si Macron avait dit « expliquez le sens de vos mesures », là il y avait du sens !

Ce propos illustre parfaitement bien que, chez Macron, absolument tout est dans la forme et « dans l’instant » !

Macron a choisi Orléans (tout un symbole !) pour son discours sur l’immigration.

Lui, le grand chef, il ne veut plus voir une seule personne dormir dans la rue ou dans les bois !

On ne peut, évidemment, qu’être d’accord avec lui et on espère que cela concerne aussi les SDF bien Français.

Mais ce qu’il ne dit pas, c’est comment il va faire et avec quels moyens…..

De même son idée d’ouvrir des guichets en Libye (1 700 km de côtes à surveiller !) pour « faire le tri au départ » est une bonne idée théorique, on est nécessairement d’accord. Mais dans la pratique, cette idée est totalement irréalisable au regard des moyens qu’il faudrait mettre en œuvre dans une zone pleine de mafieux, de Djihadistes, de trafiquants Touaregs où la corruption doit être terrible …., et sans les moindres structures locales !

Encore de la forme, j’allais dire de la frime.

Encore de l’exhortation !

L’irruption du réel est très dure pour Macron, voir l’effrayant et honteux capharnaüm qu’est devenue l’Assemblée Nationale.

Au surplus, on s’aperçoit très (trop) vite que tout ce qui avait été annoncé avec force tambours et trompettes comme des « réformes de fond », se traduit finalement par une série de mesurettes après des débats stériles.

Même Jean Lassalle s’en est énervé !

La prétendue « loi de moralisation de la vie publique » n’est finalement qu’une loi sur la confiance (???), avec pour mesures phares l’interdiction des emplois familiaux (mais pas l’emploi de ses potes ou de sa maitresse ou de son ex), la suppression des « réserves » (sauf la réserve présidentielle) et l’inégibilité en cas de condamnation pour incitation à la haine, racisme, homophobie, xénophobie…

Eric Zemmour, condamné en 2015 puis tout récemment pour propos islamophobes, est inéligible pour 10 ans, mais un « droit commun » au casier judiciaire long comme un jour sans pain peut parfaitement devenir sénateur, député ou ministre dès lors que sa peine est purgée !

Il est vrai que la nouvelle ministre de la justice ne voulait pas voir sa loi retoquée au nom du fameux principe « Non bis idem », pas de double peine.

Je trouve ce dernier point très intéressant : Pour ne pas changer ou pour le moins amender un mauvais principe (donc faire une vraie réforme structurelle), on préfère faire une mauvaise loi….

Du pur Macron dans le texte….

La préparation de la « loi travail » devait s’accompagner d’une concertation syndicale sans précédent, on allait voir ce qu’on allait voir !!!

Bilan : 6 concertations avec chaque syndicat, mais 6 fois une heure !

La fameuse généralisation du « contrat de chantier » sera, dans la pratique très limitée tout simplement parce que la notion de « chantier » est très difficile à définir ailleurs que dans le BTP.

Il eût été largement préférable d’assouplir les règles relatives au « CDI à objet défini » qui existe depuis belle lurette !

Pourquoi vouloir toujours réinventer l’eau chaude ?

Et puis cette loi est très mal partie avec cette ministre à la moralité douteuse et cette annonce, très certainement délibérée, de remise en cause de la réglementation du CDD !

Enfin, je n’ai pas compris l’énorme bourde commise par Macron avec l’APL !

Alors que sa campagne marketing a été époustouflante lors de l’élection présidentielle, quelle erreur de com !

Macron a montré qu’avec une excellente com, on pouvait vendre n’importe quel mauvais produit (lui en l’occurrence).

La refonte totale de l’APL serait une bonne mesure, car il faut réformer en profondeur le système de subventions à l’immobilier qui gonfle artificiellement le prix des loyers.

Mais la façon dont cette mesure a été annoncée est une authentique catastrophe !

Tout ce qu’il ne faut pas faire, à moins de vouloir délibérément déclencher les foudres : Après tout, c’est une logique Jupitérienne qui aurait du sens, puisque Jupiter est maître de la foudre !

Mais avec tout cela, j’ai bien peur que la rentrée de septembre ne soit très explosive.

Septembre, c’est la période d’ouverture de la chasse !

Et grâce à Bruno Retailleau et à son grand-père, on sait comment chasser la bécasse !

  Le Scarabée Noir.

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Commenter cet article