REPONSE A MARC ANTOINE JAMET

Publié le par Daniel Jubert

REPONSE A MARC ANTOINE JAMET

Vous évoquez, dans le long article de protestation contre la fermeture du collège Pierre Mendes France du Val de Reuil, ma position sur ce dossier . Si j’ai considéré au printemps qu’elle était grave de conséquences, c’est dans la mesure principalement où il n’existait à cette époque aucune solution de rechange. Les services collèges du département ont réalisé un travail important et de qualité sur l’ensemble des établissements de l’Eure. Au terme d’une étude approfondie que je tiens à la disposition de qui voudra bien en prendre connaissance, il apparaît que le collège que vous défendez si ardemment est dans un état lamentable et que son fonctionnement est deux fois plus coûteux que ceux du reste du département. Qui plus est, faut-il, une nouvelle fois le rappeler on dénote une présence très anormale d’amiante qui peut mettre en péril la santé des enfants.

 

Au cours d’une réunion très importante des conseillers départementaux concernés, que l’élu de Val de Reuil a préféré boycotter, un consensus s’est dégagé pour la destruction de PMF et la construction d’un nouveau collège si toutefois les ultimes prévisions démographiques se confirment. Ce plan a été présenté aux maires « concernés » le 11 septembre,  mais , là encore, pas de représentant du Val de Reuil.

 

Vous pouvez mépriser le conseil départemental et le travail de ses agents, mais, de grâce, n’évoquez pas le président de la majorité précédente qui avait comme projet de fermer PMF ! Vous le savez parfaitement comme la plupart de ceux qui suivent ces questions depuis longtemps. A partir  du moment où se dégage une solution alternative intelligente , je ne vois pas pourquoi vous vous cantonnez dans cette attitude agressive qui s’avère , depuis le début, contre-productive.

 

Ce qui me surprend le plus c’est que tous vos amis semblent trouver parfaitement normal que les enfants de Saint Etienne du Vauvray subissent chaque jour près d’une heure de bus aller et une heure retour alors que lorsqu’il s’agit des enfants du Val de Reuil les 10 à 15 minutes du BHNS pour rallier un collège de Louviers paraissent insupportables. L’élève qui passe deux heures dans le car chaque jour n’a pas les mêmes chances que celui qui ne met que 10 mn pour aller au collège.

 

Elle est là la grande inégalité et elle concerne la différence qui existe entre les petites et les grandes communes. Depuis des années, nous sommes gouvernés par des technocrates parisiens qui n’ont pas pris la peine de se pencher sur ce véritable problème d’égalité des chances. 

 

Quoiqu’il en soit si, comme vous l’affirmez, l’inspection académique, le rectorat et l’État désapprouvent  la fermeture on attend impatiemment la solution de rechange qu’ils pourront proposer tout en rappelant qu’aux termes de la loi c’est le département qui a la compétence en ce domaine.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :