JACOBIN LIBÉRAL OU LIBÉRAL JACOBIN ?

Publié le par Le Scarabée Noir

JACOBIN LIBÉRAL OU LIBÉRAL JACOBIN ?

Notre cher Vildenay a parfaitement raison quand il dénonce la gabegie financière causée par ce célèbre mille-feuille administratif Français où on a empilé des structures les unes sur les autres, créant ainsi des redondances de « compétences », donc de coûts, absolument aberrantes.

Le cas du collège Pierre Mendes-France à Val de Reuil est, à cet égard, particulièrement emblématique.

Sa fermeture est une hérésie totale qui fait l’unanimité des maires de tous bords, de tous les politiques locaux et de toute la population de la CASE, et au-delà. Mais s’agissant d’une compétence « départementale », c’est l’occasion pour le Président du Conseil départemental d’affirmer son pouvoir de « petit Jacobin » et de montrer que son institution a encore une utilité.

Car il y a une évidente homothétie dans le Jacobinisme : Ce qui est pratiqué tout en haut se retrouve aussi tout en bas.

Il est manifeste qu’une rationalisation s’impose et on peut s’interroger effectivement sur l’utilité de notre vieille structure Napoléonienne à l’heure des communautés d’agglomérations et du développement, paraît-il, souhaité du poids de nos régions.

Pour autant, il me semble que le problème est pris totalement à l’envers : Le jacobinisme, c’est l’opposé du régionalisme.

Supprimer la Taxe d’habitation, c’est probablement une belle mesure bien démagogique.

Mais…

Dans le film culte « Monty Python Sacré Graal », il y a cette fameuse scène du duel avec un chevalier errant : Il se fait couper un bras, mais continue à se battre, puis le second bras, et il veut continuer à se battre, puis une jambe, et il veut continuer à se battre, puis la seconde jambe et on abandonne ce tronc qui va vite mourir exsangue…

Ce chevalier courageux, il me fait penser à ces maires et à ces responsables de collectivités territoriales que le tout puissant pouvoir Jacobin ampute allègrement tout en leur demandant d’en faire plus et de continuer à se battre encore et toujours !

Tout avait commencé avec la suppression de la Taxe Professionnelle, impôt ô combien injuste, encore que le développement de l’intercommunalité ait permis un lissage d’une commune à l’autre par le biais de péréquations, et il est vrai aussi que les territoires ne sont pas égaux en ressources.

Mais que s’est-il passé ? Une augmentation générale de la fiscalité locale.

Avec la suppression de la Taxe d’Habitation, on procède exactement de même que pour la Taxe Professionnelle, mais d’une manière encore plus sournoise.

Pour la simple et unique raison que c’est la dernière jambe du chevalier que l’on coupe !

Les communes n’ont quasiment plus aucune marge de manœuvre fiscale, donc financière, significative. Tout viendra donc des subsides de l’état par le truchement de cette foutaise appelée « compensations » !

Pour le coup, ou le coût, c’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles car il faudra bien que l’argent vienne de quelque part !

D’autres impôts ?

De la dette publique ?

Et pourrait-on imaginer méthode plus Jacobine de la part d’un état qui se veut libéral, qui veut tout « fluidifier », qui veut libérer toutes les forces vives de la nation ?

Comme dans la plupart des autres domaines, il me semble qu’il importe de définir d’abord la structure d’ensemble des collectivités territoriales (comment veut-on organiser ?), de dire clairement quels sont les domaines de compétence de chacune (pour faire quoi ?) et alors et alors seulement de mettre en place la fiscalité locale nécessaire à un bon fonctionnement (avec quels moyens ?).

Il y aura certainement une grande casse sociale puisque les effectifs sont plus que pléthoriques dans « la territoriale », mais c’est inévitable si on veut arrêter l’hémorragie.

Et Jacobin et libéral ou libéral et Jacobin ?

A force de prétendre pouvoir conjuguer les contraires, on finit par ne plus pouvoir bouger en bloquant soi-même tout le système !

C’est en le constatant que, nonobstant ses effets d’annonce, loin d’être un « renouveau », Macron apparaît comme la parfaite synthèse de Sarkozy et de Hollande.

Comme Sarkozy, il « casse tout » avec une très grande brutalité.

Comme Hollande, il « ne fait rien derrière » sur les vrais sujets qui fâchent et promet, promet, promet…

  Le Scarabée Noir.

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article