MACRON EN AFRIQUE : UN BIEN BEAU DISCOURS, MAIS EN MEME TEMPS…

Publié le par Le Scarabée Noir

MACRON EN AFRIQUE : UN BIEN BEAU DISCOURS, MAIS EN MEME TEMPS…

On connaît le remarquable talent d’orateur et d’animateur des foules du Président Macron.

Il en a donné un magnifique exemple lors de son séjour à Ouagadougou.

Il y a, certes, les discours, mais il y a surtout la réalité des faits…

En 2016, les Investissements Directs à l’Etranger vers l’Afrique, ces fameux IDE, ont baissé pour la 5ème année consécutive pour s’établir à 75 Milliards de dollars environ.

Enfin, pas baissé pour tout le monde : Les IDE Chinois ont, eux, augmenté de 106% à 36,1 Milliards d’USD !

Les Emirats Arabes Unis, c’est 11 Milliards de dollars.

La France, c’est ...2,1 Milliards de dollars, certes pour un grand nombre de projets, mais de tous petits projets, hormis ceux du groupe Bolloré dans les infrastructures en partenariat avec… les Chinois !

Quand on sait que le grand problème de l’Afrique, c’est le manque d’infrastructures de tous ordres, donc d’investissements, ces simples chiffres montrent à quel point l’influence de la France sur le développement de l’Afrique devient insignifiante.

Alors, certes, on peut clamer sa repentance, on peut faire de belles promesses et prononcer de belles paroles, mais les faits sont là et les faits sont têtus.

Et ce n’est pas un hasard si la Chine reçoit de plus en plus d’étudiants Africains, en dépit des considérables différences religieuses, sociales, linguistiques, ethniques et même climatiques…

Si la France n’a plus de politique Africaine, c’est qu’elle n’en n’a plus les moyens financiers, tout simplement.

Toutes celles et ceux qui ont travaillé dans et pour ce continent savent pertinemment que cela fait « belle lurette » que l’influence de la France en Afrique est en déclin, voire en déliquescence.

Tout le reste, c’est du bla bla…

MACRON EN AFRIQUE : UN BIEN BEAU DISCOURS, MAIS EN MEME TEMPS…

  Le Scarabée Noir.

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article