LA DÉMOCRATIE EST-ELLE MORTE EN FRANCE ?

Publié le par Le Scarabée Noir

LA DÉMOCRATIE EST-ELLE MORTE EN FRANCE ?

Intéressant d’analyser l’épisode « Notre Dame des Landes » sous le strict angle de la démocratie.

Un référendum a été organisé, à l’issue duquel les populations se sont prononcées en faveur de l’aéroport.

Le peuple a donc parlé, comme il parle à chaque élection, quelle qu’elle soit.

Le propre de la démocratie, c’est de respecter la « vox populi », c’est sa définition même, son essence même (maintenant on dirait son ADN…).

Et puis on vient nous dire que finalement ce referendum n’en était pas vraiment un, que la question était mal posée et que le périmètre de consultation était insuffisant.

Bon, peut-être.

Si nous étions encore en démocratie, on aurait organisé un nouveau referendum, avec la « bonne question » et le « bon périmètre » de consultation.

C’eût été la moindre des choses, ne serait-ce que par élémentaire respect envers ces électeurs qui s’étaient déplacés au premier referendum !

Il est vrai que le mot « respect » a disparu de tout le vocabulaire en France…..

A ce compte-là, on peut remettre en cause n’importe quel vote populaire, y compris celui qui a élu Macron dans les conditions que l’on connaît !

Dans son double discours de Davos (avec un Anglais somme toute fort médiocre et en Français relativement abscons), Macron a, à la fois, prôné un libéralisme contrôlé par l’Etat (donc une dictature) et un « Etat social » donnant à chacun une chance de réussir en récompensant le succès individuel !

Malheur à celles et ceux qui échouent, les « derniers de cordée » : Vae victis !

Il veut « libérer l’entreprise », mais en la soumettant au contrôle de l’Etat (en fait de l’élite qui dirige) pour les « grandes orientations » dans un jacobinisme sans précédent !

On retrouve cette idée de « gouvernance mondiale » si chère à Attali !

Difficile de faire une pareille « bouillie de chats » complètement incompréhensible !

A force de vouloir tout faire « en même temps » et dire à chacun ce qu’il veut entendre, Macron ne fait strictement rien, car il fait les choses et leur contraire, son « non système » ne peut que se bloquer de lui-même.

Comme au bon vieux temps de « la synthèse » si chère à Hollande.

Et son discours de libéral, c’est de toujours et encore promettre de nouvelles lois !

Une loi c’est fait pour dire ce qu’il est permis et interdit de faire et de donner les punitions encourues si on ne la respecte pas.

La loi est l’ennemie du libéralisme, ce qui prouve, si besoin en était encore, qu’il n’y a strictement rien de cohérent dans tout ce que Macron débite, que ce soit en Anglais ou en Français.

Et en même temps il y a aux Etats-Unis quelqu’un qui, lui, agit, notamment en abrogeant toutes sortes de lois et de réglementations parfaitement inutiles.

Il y a en Russie un personnage qui a réconcilié son peuple et son pays.

Les deux avec des méthodes toutes simples, mais énergiques.

L’un des vrais problèmes de fond de la France, et ce n’est pas nouveau, c’est l’hypertrophie de l’Etat (1 fonctionnaire pour 5 Français !) et donc son coût.

Le vrai courage politique, ce serait de s’attaquer à ce problème.

« Cessez donc d’emmerder les Français », disait Georges Pompidou.

Paix à son âme, lui c’était un banquier qui avait compris son pays et son peuple.

  Le Scarabée Noir.

 

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article