AVEC STX, LES SOLDES DE L’INDUSTRIE CONTINUENT !

Publié le par Le Scarabée Noir

AVEC STX, LES SOLDES DE L’INDUSTRIE CONTINUENT !

Souvenons-nous : Il n’était absolument pas question de laisser aux Italiens de Fincantieri l’un des derniers fleurons de l’industrie Française, les chantiers navals de Saint-Nazaire !

Bruno Le Maire en personne (eh oui !) s’était emparé du dossier avec son efficacité largement démontrée et sa pugnacité coutumière pour empêcher les Italiens d’être majoritaires dans STX et donc de gérer seuls l’entreprise.

Pour faire court, un double risque planait sur ce dossier : la perte du savoir-faire Français et l’emploi.

Et puis après tout le battage médiatique habituel, l’affaire a été finalement soldée récemment.

Fincantieri prend 50%, la France 50% (Naval Group 10%, les salariés 2,4%, un groupe d’entreprises locales 3,26% et l’Etat Français le reste).

8 administrateurs : 4 Italiens et 4 Français.

Parfait sur le papier, un « deal » parfaitement équilibré, une opération « gagnant/gagnant » comme l’a dit le banquier d’affaires Macron.

Seulement voilà, ce n’est pas aussi simple que cela.

Pour répondre aux exigences Italiennes, l’état « prête » 1% des actions à Fincantieri pour une durée minimum de 3 ans, le PDG du groupe sera Italien et la voix du PDG sera prépondérante en cas d’égalité !

Donc au-delà des « effets d’annonce » Fincantieri prend le contrôle à la fois opérationnel et juridique de STX France.

Et la braderie de l’industrie Française continue : 59,7 millions d’euros payés par les Italiens pour une telle pépite, c’est une bonne affaire !

Depuis très longtemps, je me tue à répéter que la vision de la France selon Macron, c’est celle de transformer le pays en un gigantesque parc d’attractions avec quelques paysans ici et là pour faire joli et typique et un tas de zones de logistique entièrement robotisées.

Les faits objectifs me donnent raison chaque jour qui passe.

J’en suis infiniment contrit.

  Le Scarabée Noir.

 

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article