TOUT ÇA POUR ÇA…

Publié le par Pierre Robès

TOUT ÇA POUR ÇA…

Ma maman n’avait que son certificat d’études.

Et pourtant, elle avait « une belle main d’écriture », tant sur la forme que sur le style.

Et tout au long de sa vie, elle a su compter correctement, faire une règle de trois et calculer un pourcentage.

Et elle connaissait tous les départements par cœur et toutes les préfectures.

Ma maman avait appris tout cela dans sa « toute petite école » de Gavray, dans la Manche.

Dans la « France profonde ».

Maman est morte en 2009.

Que de temps passé depuis le temps où ma maman a quitté l’école…

Pendant tout ce temps, les « pédagogistes » ont fait mille et une réformes.

Mille et une réformes pour engendrer des générations de pauvres gosses illettrés, sachant à peine lire, écrire, compter…

Ce sujet, je le connais par cœur et le constate chaque jour : Je suis un « petit prof » en BTS tertiaires et je constate l’effrayant niveau global.

J’avais personnellement fondé beaucoup d’espoir en Monsieur Blanquer pour « revenir aux fondamentaux », ceux qui avaient fait l’excellence de l’éducation nationale Française, finalement des trucs très simples, des trucs de base.

Et puis rien !

Il nous sort une réforme du bac complètement imbécile : Il change l’emballage sans changer le produit !

Ou même pire, il entérine ce stupide « tronc commun » qui a fait l’échec du collège en nivelant tout par la base.

Et en détruisant le symbole : Cet examen national avec les mêmes sujets pour tous, avec les mêmes règles de correction (donc d’évaluation) pour tous marquait le passage global d’une génération du « secondaire » vers le « supérieur », de l’adolescence vers l’âge adulte.

Demain, avec cette importante dose de contrôle continu et ce « grand oral », il y aura autant de bacs qu’il y a de lycées !

Etrange conception de l’égalité des chances…

Et absolument rien de nouveau sur le sujet de fond : Le contenu de l’enseignement de la « petite section » à la terminale !

Désespérant…

Pierre Robès    Pierre Robès

 

Publié dans Pierre ROBÈS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article