VERS UNE ABOLITION DE LA LOI DE 1905 ?

Publié le par Le Scarabée Noir

VERS UNE ABOLITION DE LA LOI DE 1905 ?

Le 12 février dernier, Mohammed LOUIZI (https://www.youtube.com/watch?v=a8okDH5KqHU) a écrit sur sa page Facebook une très pertinente analyse dont voici un extrait :

« Son endoctrinement de la jeunesse continuera (il parle de l’Islam, NDLR). L’épisode de Mennel Ibtissem qui, sous la pression, a quitté The Voice, rattrapée par de récentes publications insoutenables, le confirme. Episode après l’autre, on constate les dégâts catastrophiques que produit l’islamisme chez une jeunesse française, bercée depuis la petite enfance dans ces «pièges-à-jeunes», dans tous ces cercles islamistes publics et privés, connus des services de l’État. Une jeunesse manifestement peu armée face à un rouleau compresseur idéologique qui a su se faire l’égale d’une religion, qui sur-joue la victimisation et s’étend de manière cancéreuse là où la République se rétrécit, là où l’État se retire peu à peu.

Que faire? L’objet de la note Fondapol est aussi de proposer dix recommandations précises, préventives et curatives, axées principalement sur l’enjeu de la jeunesse. Car si la France consent à abandonner une partie de sa jeunesse, une partie de ses enfants, une partie d’elle-même, entre les mains des islamistes, son devenir sera, tôt ou tard, une partition douloureuse à la façon des Balkans. Oui, la France n’est pas immunisée contre une guerre civile. L’islamisme prépare d’ailleurs, dans les têtes, une éventuelle confrontation similaire à celle qui a eu raison de la Yougoslavie en 1992, souvenons-nous ! Oui, il y avait un pays qui s’appellait la Yougoslavie. Ce pays n’existe plus. Dira-t-on, un jour, la même chose pour la France ?

L'islamisme emmène sa jeunesse, dans des voyages touristiques, à Srebrenica par exemple en Bosnie-Herzégovine -que chanta Mennel dans une chanson- pour entretenir une mémoire qui, loin d’être celle de cette jeunesse française, participe à développer ce sentiment de persécution présumée de l’islam par un Occident judéo-chrétien ou par une France laïque. Ce genre de voyages qui passent sous les radars, accentuent bien des ruptures et sèment dans les têtes, les graines des affrontements de demain. Si l’unité et l’indivisibilité de la France tiennent, c’est grâce à la loi 1905. La toucher, la modifier, c’est prendre l’immense risque de précipiter le chaos. ».

Ces paroles prennent un relief tout particulier à l’heure où Macron prétend pouvoir faire cette utopie d’un « Islam à la Française » et « vouloir aller vite ».

Dans une interview à l’agence Reuters du 14 février, Ahmet Ogras, le président Franco-Turc  du Conseil Français du Culte Musulman, exhorte sèchement Macron à ne pas se mêler de l’organisation du culte musulman en France.

Il ajoute « Chacun doit rester dans son rôle », puis « La foi musulmane est une religion et, comme telle, elle s’occupe de ses affaires internes. La dernière chose que nous souhaitons, c’est que l’état intervienne comme gardien ».

C’est dire clairement que, en dépit de ce qu’il avait déclaré à l’issue d’un entretien avec Macron en janvier, Ahmet Orgas considère que le souhait exprimé par Macron d’avoir un « Islam de France » est, pour parler comme lui, un « wishful thinking », un « vœu pieux » en Français.

Ce qui se profile à l’horizon, c’est une remise en cause de la loi de 1905.

Pour une raison toute simple : la loi de 1905 concerne des religions aux contours, aux autorités, aux prérogatives, aux limites parfaitement définis, parfaitement clairs et connus de tous.

Tel n’est naturellement pas le cas de l’Islam dont les contours sont particulièrement flous (et c’est totalement volontaire) et qui se veut aussi « régime politique » (l’Iran est une République Islamique).

Ce sujet est délicat et mérite un grand débat public, il ne se règlera pas par quelques discussions entre ces « experts » qui, comme le disait Coluche, « s’autorisent à penser ».

Il y a d’autres signes inquiétants dans ce dossier :

  •  L’influence d’Edouard Philippe, dont les amitiés « frérosalafistes » sont bien connues, lui qui a signé en 2016 un « pacte d’amitié » entre Le Havre et Tanger. Le maire de Tanger, Mohamed El Bachir Abedllaoui est membre du PJD (Parti Justice et Développement), le parti islamiste Marocain  et frère musulman.

 

  • C’est Hakim El Karoui, l’ancien « Monsieur Islam » de Juppé, qui est chargé par Macron de « construire l’Islam de France » ! Lisez son « pédigrée » et vous constaterez que c’est tout sauf le « musulman de base », cela m’étonnerait beaucoup que ce monsieur connaisse la réalité de la vie des « banlieues » ! 

A moins que tout cela ne soit une étape de plus dans la « déconstruction » de la maison France, si ardemment souhaitée par Macron, tant il est vrai que la loi de 1905 en est un important pilier.

  Le Scarabée Noir.

 

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article