J'AI DEMANDÉ A LA LUNE...

Publié le par Emma Burlington

J'AI DEMANDÉ A LA LUNE...

Lorsque je partais en vacances à la montagne ou en bord de mer l'esprit tranquille, je voyais de temps en temps les restes d'un accident de voiture qui avait eu lieu.

Aujourd'hui, j'ai été malheureusement aux premières loges si je puis dire.

Roulant dans une zone industrielle, sur une départementale à deux voies limitée à 90 km/h, nous avons été pris dans un fort ralentissement.

Un « carton » venait tout juste de se produire. La plupart des conducteurs évitaient les deux voitures accidentées afin de poursuivre leur route.

Nous, nous sommes arrêtées.

Des débris de verre éparpillés sur la route, des vêtements en pagaille déchirés sur la route, une première petite voiture grise au coffre explosé au milieu de la route. La deuxième voiture grise claire au coffre explosé sur la gauche de la route, près de la chicane.

Des jeunes au téléphone, avec des doudounes et autres anoraks appelaient les secours.

Nous nous trouvions à 50 mètres de la voiture grise. Un passager ou une passagère ou même plusieurs était/étaient probablement coincé(es) à l'arrière de cette voiture.

Deux camions de pompiers sont arrivés, suivis d'une voiture de police. Un premier camion s'est garé juste à côté de nous. Un pompier a posé des plots de sécurité et nous a dit d'une infinie gentillesse "On vous fera passer dès qu'on le pourra".

Entre temps, tous se sont affairés à leur mission : sauver ces personnes, leur porter secours.

Un autre camion de pompiers est arrivé, puis une autre voiture de police, puis une voiture du Chu de rouen (duquel nous nous trouvions pas loin.)

Nous avons attendu durant quinze minutes peut-être. Nous sommes restées devant cet accident durant quinze longues minutes.

Mes larmes n'ont pas pu s'empêcher de couler devant tant de violence. Devant la violence de ce choc. Devant les débris, devant les vêtements déchirés sur le sol, devant les coffres et les voitures en lambeaux, devant les brancards.

Mais aussi devant tant de générosité.

Devant tant de générosité dont font preuve tous ces pompiers, ces policiers, ces médecins urgentistes. Ces personnes-là font les métiers les plus beaux du monde. Et en attendant, tous ces étudiants gauchos en appellent au meurtre de ces personnes. Alors qu'elles ne font que nous protéger. Nous protéger des dangers d'individus malfaisants. Nous protéger de nous-mêmes.

Ces étudiants font preuve de tellement d'ingratitude que cela en est répugnant.

Merci messieurs dames pour ce que vous faites. Merci.

A la radio, ils ont passé la chanson d'Indochine "J'ai demandé à la lune" à ce moment-là.

Alors j'ai demandé à la lune. J'ai demandé à la lune que ces personnes s'en sortent.

E B    Emma Burlington

 

Publié dans Emma BURLINGTON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article