L’ODEUR DU NAPALM OU L’ODEUR DE L’ENCENS ?

Publié le par Le Scarabée Noir

L’ODEUR DU NAPALM OU L’ODEUR DE L’ENCENS ?

Tout a commencé par une déclaration de John Bolton, le terrible conseiller de Trump pour la Sécurité Nationale, qui a dit que si la Corée du Nord ne se soumettait pas aux « souhaits » Américains, Kim Jong-un subirait le même sort que Kadhafi.

Corrélativement, la Corée du Nord subirait donc le sort de la Libye.

Curieuse façon « diplomatique » de préparer une rencontre historique avec une méthode clairement mafieuse : Faire signer avec un pistolet sur la tempe.

« Signe ou je tire » !

Mettez-vous à la place du leader Coréen qui avait pourtant fait preuve de bonne volonté apparente en détruisant ses installations nucléaires et libérant les trois otages Américains détenus en Corée du Nord (ce dont Trump l’a remercié avec beaucoup de cynisme dans sa lettre).

Même si Kadhafi était un « monstre », le triste spectacle de son exécution ne fait pas honneur à l’espèce humaine !

L’ODEUR DU NAPALM OU L’ODEUR DE L’ENCENS ?

Et depuis la disparition de Kadhafi, la Libye est plongée dans un effrayant chaos, avec toutes les conséquences que l’on connait.

Notons au passage que chaque fois que les USA sont intervenus directement ou indirectement dans une « guerre » locale, le résultat final n’a pas été particulièrement brillant : Songeons à l’Afghanistan, à l’Irak, à la Libye, à la Syrie et même à l’Ukraine, par exemple !

Il est vrai que les faucons US « aiment l’odeur du napalm au petit matin » et se font volontiers les cavaliers de l’Apocalypse !

Mais comment en vouloir au dictateur Coréen d’avoir réagi avec virulence à une menace de cette nature ?

En fait, toutes ces manœuvres confirment ce que bon nombre d’observateurs pensaient dès le début aux USA : Si Bolton « est dans le coup », c’est forcément une entourloupe !

La question c’est de savoir quel est l’intérêt de Trump dans toute cette pantomime.

En ridiculisant Kim Jong-un de façon aussi grossière, il se met à dos une communauté nationale et internationale si prompte à déclarer que Trump est « un fou » et qu’il constitue un véritable danger pour la planète…

Le plus « cinglé » des deux n’est peut-être pas le dictateur Coréen…

Un autre éclairage est possible : Sachant pertinemment « qu’il n’y arrivera pas » et connaissant les fortes menaces de crise monétaire et donc économique qui se profilent aux Etats-Unis (et par ricochet dans le monde), Trump et ses « conseillers » se disent qu’une « bonne guerre » serait de nature à régler « tous les problèmes ».

Cette approche peut paraître simpliste, mais elle explique toute cette « agitation », en particulier contre la Russie.

Seulement voilà : La tentative de « diabolisation » de la Russie est en passe d’échouer totalement.

Par exemple, on sait maintenant que l’attentat de l’ex espion Russe en Angleterre était certes réel, mais sûrement pas organisé par la Russie. D’ailleurs, et dans le plus grand silence des médias, la fille de l’espion est sortie de l’hôpital et semble bien se porter. Quant à son papa, il doit finir sa convalescence dans le plus grand secret et on n’en entendra plus jamais parler…

Et pourtant ça continue encore et encore : Une des dernières « fake news » en date : Un speaker de C News  annonce fièrement que l’on a maintenant la certitude que c’est un missile Russe qui a abattu l’avion de ligne en Ukraine ! En fait, recherches faites, ce n’est qu’une hypothèse du chef Néerlandais d’une commission d’enquête qui a travaillé dans de très mauvaises conditions et dont la composition est largement sujette à caution !

Les russes sont des « monstres sanguinaires » qui n’hésitent pas à abattre des avions de ligne, c’est bien connu, parlons-en aux 6 millions de morts de la bataille de Leningrad !

Mais c’est une autre histoire…

Je pense que les « leaders » Américains font une erreur grossière : Ils voient en l’autre ce qu’ils sont eux-mêmes.

Dans cette affaire, nous avons des bulldozers face à des joueurs d’échecs ou, si vous préférez, un taureau face à un matador.

Et c’est quasiment toujours le matador qui tue le taureau.

En bon chrétien, Poutine « tend l’autre joue », il ne cherche pas l’affrontement brutal, il préfère l’odeur de l’encens à celle du napalm.

Observons sa stratégie vis-à-vis de l’Iran via la Syrie.

L’Iran est un pays clé pour la Russie et un important partenaire économique.

La Russie a aidé la Syrie, et le monde entier, à se débarrasser de Daech et maintenir El Assad au pouvoir.

Mais c’est sur le Hezbollah, soutenu par l’Iran et ennemi juré d’Israël, que la Russie s’est appuyée.

La Russie serait donc devenue ennemie d’Israël ?

Que nenni, Israël et la Russie sont des alliés historiques et toutes les opérations militaires de la Russie en Syrie sont menées et coordonnées en liaison étroite avec Israël, et réciproquement.

Y a-t-il eu une quelconque intervention Russe dans les récentes attaques d’Israël contre le Hezbollah ?

Aucune pour une raison très simple : Les Russes étaient informés.

Et pourquoi les Russes refusent-ils toujours de livrer à la Syrie leurs système ultra-performant de défense anti-missiles ?

Tout simplement pour ne pas gêner Israël.

Netanyahou a été reçu avec fastes et honneurs les 8 et 9 mai derniers à Moscou, l’amitié historique entre les deux pays a été réaffirmée haut et fort.

On sait qu’il y a, en Israël, une très importante communauté juive d’origine Russe (1 million, soit 20% de la population) : Un électorat dont Netanyahou peut difficilement se passer.

Poutine joue donc très habilement sur du velours et montre avec beaucoup de finesse que la fermeté n’exclut pas l’habileté !

Etrange paradoxe : C’est celui qui est présenté comme le plus brutal qui est (ou qui sait être) en fait le plus doux…

Le chrétien orthodoxe contre le puritain calviniste et l’appel du muezzin ?

La douce odeur de l’encens face à l’âcreté du napalm ?

Peut-être…

  Le Scarabée Noir.

 

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article