IL AURA MÊME TUÉ LE POISSON D’AVRIL

Publié le par Pierre Robès

IL AURA MÊME TUÉ LE POISSON D’AVRIL

Ah, il est loin le temps où, chaque 1er avril, l’ORTF ouvrait son journal du soir sur un canular du style « découverte de pétrole à Paris ». Bien qu’étant encore enfant à l’époque, j’ai aussi le souvenir du facétieux Maurice Séveno déclarant que si on ne voyait que la moitié de l’écran, c’est que la moitié de l’émetteur TV de la Tour Eiffel était en panne !

Vient, en effet, à la discussion à l’Assemblée Nationale cette loi sur les fake news tant désirée par Macron. Un projet de loi préparé par l’Elysée (qui décidément s’arroge tous les pouvoirs y compris le législatif) et par le ministère de la culture (oui, oui, il existe encore).

Ce projet de loi définit la fake news comme une "allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable".

Vous, je ne sais pas, mais moi je ne trouve pas cette définition d’une clarté absolue.

C’est sans doute la porte grande ouverte au retour de la censure !

Car il est prévu que c’est le juge qui décidera si une présumée « fake news » l’est réellement ou non !

Et l’auteur de la fake news risquera de la prison !

L’erreur ou l’omission seront impitoyablement condamnées ?

Les blogs « alternatifs » seront interdits ?

Dans un pays qui pratique déjà largement l’auto-censure, cette loi est terrible : C’est museler légalement et définitivement toute « pensée incorrecte », nous sommes en plein dans la dictature !

Et puis, il y a le désagréable aspect liberticide de ce genre de loi.

Avec le sempiternel grand écart Macronien entre ce qui est dit et ce qui est fait.

D’un côté, il déclare vouloir tout simplifier pour « libérer les énergies » et de l’autre c’est encore et toujours plus de lois, plus de contrôles, plus de punitions, plus de taxes, plus de plus…

Et de moins en moins d’état, bien qu’il coûte toujours aussi cher !

Notre justice est moribonde, faute de moyens.

Est-il opportun d’engorger encore davantage les tribunaux ?

Et tout cela « à cause des Russes » qui auraient manipulé les Anglais pour le Brexit, les Américains pour faire élire Trump, les Français pour pousser l’extrême droite.

Ça, si ce ne sont pas des fake news, « j’en veux des prunes » !

Mais chut, je pense de travers !

Pierre Robès    Pierre Robès

 

Publié dans Pierre ROBÈS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article