POURTANT IL EN A DE LA BOUTEILLE !

Publié le par Patrick ROBERT

POURTANT IL EN A DE LA BOUTEILLE !

Comme le souligne un célèbre chroniqueur, faire un rapport de 60 pages sur les banlieues sans citer une seule fois les mots « immigration » et « Islam », c’est un véritable exploit !

A moins qu’il ne s’agisse d’un « hors sujet » complet !

Même les plus « bisounours », même les plus « tolérants », même les plus « inconscients » commencent à se rendre compte qu’il faut faire régner à nouveau « l’ordre républicain » dans les banlieues avant de pouvoir faire quoi que ce soit !

C’est ainsi que même Alexis Corbière (avec un nom pareil, il devrait être copain avec Borloo...) réclame un commissariat de police à Bagnolet !

Alors les mesures prônées par Borloo (en fait un recyclage de ce qui n’a jamais marché), c’est une vaste fumisterie !

Comme cette absurde (et anticonstitutionnelle) proposition de créer une ENA des banlieues !

De la cité à la Haute Fonction Publique, c’est comme « du bled à l’avion » !

500 places réservées, et puis quoi encore, c’est totalement délirant.

J’ai écouté une interview de Monsieur Borloo et je dois avouer n’avoir strictement rien compris, mais strictement rien, à ce qu’il racontait.

En fait, je partage personnellement l’idée qu’il s’agit, pour Monsieur Borloo, d’une démarche essentiellement politique dans le combat qui oppose l’état centralisateur aux élus locaux, Borloo ayant clairement choisi le clan des féodalités locales qui réclament de l’argent !

Finalement, les banlieues, c’est un bon prétexte pour « pomper du fric » à l’état !

Il est manifeste que le problème de fond des banlieues n’est pas le niveau de chômage, ni de formation : Insécurité, communautarisme, religion, immigration sont les vrais mots-clés.

Et ce n’est pas en remettant des milliards qu’on règlera le problème.

Et puis, est-ce bien « moral », est-ce bien « républicain » de déshabiller campagnes et villages pour allouer des financements de plus en plus rares à des causes perdues d’avance en procédant comme le suggère Monsieur Borloo ?

85% des Français les plus pauvres (ayant un revenu inférieur à 60% du revenu médian), vivent dans les zones péri-urbaines, c’est-à-dire les villes moyennes et les campagnes, pas dans les banlieues.

Ne ferait-on pas mieux de s’occuper de ces gens-là en ces périodes de rareté de ressources ?

Et puis, Monsieur Borloo, c’est à la campagne qu’on cultive la vigne.

Dans les cités, on cultive autre chose et surtout la haine.

 

EDOUARD PHILIPPE MENACE MÊME SON PORT D’ATTACHE !

Patrick ROBERT 

Chef d'entreprise

  

 

Publié dans Patrick ROBERT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article