SNCF, AIR FRANCE : UNE MORT INÉLUCTABLE…

Publié le par Le Scarabée Noir

SNCF, AIR FRANCE : UNE MORT INÉLUCTABLE…

L’étrange Bruno le Maire annonçait sans rire que si les pilotes ne renonçaient pas à leurs inacceptables revendications, l’entreprise allait disparaître et tant pis pour elle.

Tant pis pour 40.000 personnes et tant pis pour le symbole national.

Et de nous préciser qu’avec simplement 15% des actions appartenant à l’état, Air France était une entreprise privée.

Une entreprise privée dirigée par des énarques, noyautée par des énarques, chasse gardée des énarques…

Il prend vraiment les Français pour des imbéciles…

Ce même incapable se glorifiait d’avoir sauvé STX France en cédant l’entreprise aux Italiens. Ce dont personne ne parle, c’est que le dossier n’a pas évolué d’un iota. Notamment, à cause de l’action initiée auprès de Bruxelles par un groupe de construction navale très important. Un groupe…Allemand  qui a des accords très, très étroits avec les… Chinois.

Moi, si j’étais soudeur au chantier naval de Saint Nazaire, je préparerais ma reconversion dare-dare !

Et pour en revenir à Air France, on voit bien venir la manœuvre : Plus de « gouvernance », une action qui se « casse la gueule en bourse » sans que personne n’intervienne et des responsables clairement désignés : Ces privilégiés de pilotes !

Pourtant le personnel d’Air France semble avoir un attachement sans failles à sa compagnie, à ce « bleu blanc rouge » qui éclaire fièrement tous les cieux du monde…

Dans peu d’entreprises, les salariés auraient accepté un gel des salaires…

A la SNCF, on assiste à une évolution absolument surréaliste.

La question du maintien du statut pour les salariés actuels étant réglée, on pouvait se dire qu’il était temps qu’ils arrêtent d’emmerder le monde les cheminots, pour rester poli…

Je vais vous raconter une petite histoire.

Il y a  quelques années, j’ai été sollicité par le Conservatoire National des Arts et Métiers pour assurer une formation à la géographie Européenne des transports pour la SNCF.

La SNCF a une « école interne » qui sélectionne des cheminots de base et les forme pour devenir cadres responsables régionaux : 3.000 postulants, 30 heureux élus chaque année.

Un auditoire passionnant, motivé, travailleur, « follement amoureux » de son entreprise !

Et je comprends pourquoi les syndicats continuent à se battre : Les syndicats luttent désormais pour la recapitalisation de leur entreprise, donc pour sa pérennité. Cette pérennité passe évidemment par la restructuration de la dette, faute de quoi elle sera inévitablement démantelée et privatisée en tranches, comme d’habitude. La ficelle est bien grosse, encore plus grosse quand on sait que la dette de la SNCF est essentiellement un artifice comptable…

Ces exemples SNCF, Air France, les deux derniers dinosaures du « capitalisme à la Française » façon 5ème République, sont chargés de sens.

Au-delà de la légitime défense de leur statut, les « personnels » se battent pour défendre le patrimoine de la France.

C’est cela qu’il faut comprendre et respecter et encourager.

Ce chef d’Etat et ce gouvernement ont reçu un mandat parfaitement légitime, la question n’est pas là.

Mais il y a eu « tromperie sur la marchandise ».

Cet Etat n’en n’est plus un : Il recule face au « zadistes » et aux casseurs, mais ne cède pas un pouce aux dizaines de milliers de salariés de la SNCF ou d’Air France, ou même aux manifestants de « la manif pour tous », quel paradoxe…

La France prend ses ordres chez les « globalistes » et à Bruxelles.

Après tout pourquoi pas, mais que Macron et son gouvernement aient au moins l’élémentaire courage de le dire.

Après tout la France n’a peut-être plus la capacité d’exister en tant que telle.

En tout cas, « on fait tout pour » et on voit mal comment le processus pourrait s’arrêter tant le pouvoir est concentré, tant la détermination est farouche et trop voyante !

  Le Scarabée Noir.

 

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article