DISCOURS DE MARC-ANTOINE JAMET À LA CÉRÉMONIE DU 8 MAI 1945

Publié le par Marc-Antoine JAMET

Il n’est pas dans les habitudes de « la petite souris » de reprendre les textes publiés par les élus. Cependant, nous estimons que celui, ci-dessous, de Marc-Antoine Jamet mérite d’être largement diffusé. La charge de Maire est aussi passionnante qu'elle est prenante. Elle mérite, de la part des concitoyens, respect et encouragement.

DISCOURS DE MARC-ANTOINE JAMET À LA CÉRÉMONIE DU 8 MAI 1945

Chers amis, chers concitoyens,

Je veux vous remercier d’être venus aussi nombreux, aux côtés des autorités civiles et militaires que je salue, afin de transformer, si la pluie nous en laisse le temps, cette Fête de la Victoire en une cérémonie d’hommage et de respect.

Hommage et respect d’abord à la République elle-même, à sa bannière, notre drapeau bleu-blanc-rouge, à la Marseillaise, notre hymne national, à ce qui fait la France, notre patrie et notre Nation, à ce qui nous rassemble et que nous devons préserver.

Hommage et respect pour ces millions de femmes et d’hommes qui sont morts pour que nous vivions en liberté et en démocratie, pour ces soldats venus d’Amérique et de Russie, de la résistance et des colonies, qui ont débarqué en Normandie il y a 75 ans et ont laissé leur vie sur nos plages, sur nos routes, sur nos places, donné leur jeunesse et leur courage pour que la France relève après avoir subi le joug de la barbarie nazie.

Rendre hommage, témoigner du respect, c’est aussi avoir le sens de l’honneur et de la dignité. Il ne semble pas dans l’Eure également réparti. Comme d’autres élus de notre département, je me suis étonné, en effet, que la municipalité du Neubourg désigne, voici 10 jours, le 29 avril précisément, un admirateur du Maréchal Pétain, M. Philippe Marche, pour présider, non pas la cérémonie commémorant l’armistice du 11 novembre ce qui aurait été historiquement explicable, à défaut d’être politiquement compréhensible, mais celle en mémoire des déportés. Il n’est pas dans mes habitudes de commenter la façon dont mes collègues conduisent les affaires de leur commune, mais j’ai été stupéfait du silence qui, après que ce nostalgique de Vichy se soit vu confier cette responsabilité qu’il était le dernier à pouvoir accepter, a accompagné ses justifications. Il ne voyait pas le « problème ». Il ne comprenait pas les « reproches » qui lui étaient faits. Ils sont pourtant assez simples à saisir. En 1940, comme dans toute situation critique, il ne fallait pas se tromper. Les Français se sont partagés entre collaborateurs, résistants, à l’origine peu nombreux, et l’immense majorité des attentistes ou des indifférents assommés, comme la IIIème République, par « l’étrange défaite ». Les familles également se sont divisés. J’en sais quelque chose. D’engagements différents, qu’ils soient le fruit de convictions ou du hasard, sont nées des attitudes différentes. Certains ont serré la main de Hitler et d’autres ont continué le combat depuis Londres. Aux uns la honte, aux autres la gloire. Pétain, en signant les lois d’octobre 1940, a permis la déportation de 80 000 juifs dont 25 000 de nos compatriotes et 2 000 enfants de moins de 6 ans, morts la plupart d’entre eux dans les chambres à gaz d’Auschwitz ou sous les coups de leurs bourreaux SS. Voilà pourquoi lui pardonner est impossible. Voilà pourquoi M. Marche n’était pas à sa place. Voilà pourquoi j’ai souhaité que nous entrions dans ce monument, que nous nous débutions cette cérémonie, en écoutant le chant des marais, le chant des déportés, celui qui accompagna Simone et Antoine Veil au Panthéon, leur demeure de mémoire et d’honneur, le 1erjuillet dernier.

Hommage et respect bien évidemment à l’armée française qui combat au Mali pour que recule la menace terroriste dans nos villes. Notre minute de silence sera dédiée à la mémoire du dernier soldat tombé au bord du fleuve Niger, du 24èmemilitaire français mort dans un pays qu’il venait à peine de rejoindre pour le défendre, à Marc Laycuras, décédé le 3 avril dernier en opération. Fils du sous-Préfet de Bernay, il était né le 12 janvier 1989 à Cholet. C’est dire qu’il avait tout juste 30 ans, l’âge des projets et des commencements. Le capitaine Marc Laycuras n’était médecin que depuis 2 ans, mais il ne soignait pas, fidèle au serment d’Hippocrate, que lesmarsouins du 2èmeRima. Il protégeait et assistait tous ceux qui se présentaient à lui. Arrivé le 12 février 2019 en Afrique, il en soignait les populations amies ou ennemies, musulmanes ou chrétiennes, femmes, enfants, vieillards. Nous pensons à lui, à ses camarades, à sa famille. A leur chagrin. A leur douleur.

Hommage et respect, c’est ne pas oublier nos héros du quotidien et je voudrais dire ma reconnaissance aux pompiers de notre Ville. Voici dix jours, ils ont évité que Biotropica, en proie aux flammes, se transforme en un petit Notre-Dame de Val-de-Reuil et que le Data Center de EDF subisse les dommages irréversibles d’un début d’incendie alors que, à une centaine de mètres, nous allons poser la 1èrepierre du second Data Center d’Orange dans quelques jours.

Hommage et respect, c’est se tourner vers les militaires du Bassin des Carènes qui forgent l’outil de défense de la France dans un monde soumis à la pression démographique, au réchauffement climatique, au séparatisme, au fanatisme et au populisme qui sont, pour l’avenir, autant de facteurs de troubles, autant de causes de guerre.

Hommage et respect bien évidemment aux services publics de la sécurité, aux policiers du Commissaire Daubigny, aux gardiens du Centre de détention des Vignettes qui  font un travail difficile, aux agents de la Police Municipale qui me permettent de remercier notre adjoint à la sécurité, l’infatigable Dominique Lego, aux cadres de l’EPIDE dont la mission est essentielle.

Je voudrais conclure mon propos par une note d’actualité. Hommage et respect, cela impliquera que chacun remplisse son devoir civique le 26 mai prochain. Il y a un lien direct entre le cortège des morts et des sacrifiés que j’ai évoqué et ce droit sacré, ce devoir absolu, qui consiste à voter. Il faut s’y obliger même si on est un peu désabusé, fatigué, ou occupé à des milliers d’activités. Aucune n’a plus d’importance, si on y réfléchit dix secondes, que de faire vivre notre démocratie.

Enfin, ces élections sont organisées pour construire l’Europe, la faire évoluer et la changer, pas pour la quitter ou la briser. Le Brexit nous démontre à quoi conduisent les démagogues et les marchands d’illusions : pauvreté et chaos. Si nous ne restions pas unis, nous ne pèserions pas lourds demain face aux 6 milliards de chinois, d’indiens, de brésiliens, de mexicains, d’africains et d’indonésiens qui veulent à juste titre grandir, se développer et s’enrichir.

Alors comme je l’ai dit aux polonais de Stzum et aux allemands de Ritterhude lorsque nous les avons visités le 1ermai dernier, la solution, que nous aimions Bruxelles ou pas, c’est et cela reste l’Union Européenne. Simplement, pour que nous ayons davantage envie d’Europe, il faudrait qu’elle soit plus humaine, plus écologique et plus sociale. Une liste, à Gauche évidemment, additionne à la fois ces qualités et la possibilité d’unir nos efforts à ceux d’autres peuples européens. Elle reste mon choix.

Vive Val-de-Reuil, Vive l’Europe et Vive la France.

Marc-Antoine JAMET, Maire de Val-de-Reuil,

Président de la Commission des finances de la Région Normandie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article