A L'OCCASION DU 14 JUILLET 2019 AU SERVICE DE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL (2/6)*

Publié le

A L'OCCASION DU 14 JUILLET 2019  AU SERVICE DE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL (2/6)*

AU SERVICE DE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL

La fête nationale est un rendez-vous. Il m’invite évidemment à féliciter les ingénieurs du bassin d’essai des carènes pour la mise à l’eau cette semaine, par le Président de la République, M. Emmanuel Macron, du sous-marin nucléaire d’attaque Suffren dont l’Australie a acheté une flotte entière pour 30 milliards d’Euros et à adresser notre soutien à tous les militaires français en opération dans le monde.

Mais je voudrais dire aussi un mot plus local. Au début du printemps prochain, nous nous présenterons devant les électeurs qui nous jugeront. Quel qu’en soit le verdict, je voudrais dire ma gratitude et mes remerciements au Conseil municipal qui, dans six mois, se séparera. Je veux, avant tous les autres, citer trois noms qui sont gravés en nous, Bernard Cancalon, Noëlle Boudart, Daniel Moreau, décédés en cours de mandat. C’est souvent en pensant à eux que nous avons agi.

Au Conseil Municipal, à notre conseiller départemental Jean-Jacques Coquelet, à la première adjointe Catherine Duvallet, à la Présidente du CCAS, Marilyne Niaux, à tous les adjoints et à tous les élus, je voudrais témoigner que, au-delà de divergences ponctuelles d’appréciation – elles ont été rares, mais comment n’y en aurait-il pas eu en six ans ? -, avec nos différences de caractères, nos manières personnelles d’agir et de faire, nos parcours, nos âges et nos identités, nous avons travaillé ensemble, formé un beau collectif, donné de l’énergie et du temps aux autres, sincèrement, en bonne intelligence, dans un esprit de camaraderie qui n’avait pour seul objectif que le bien des Rolivalois. Il nous est arrivé de rire, beaucoup ou pour rien, et c’est tant mieux. Nous serons restés 72 mois une équipe digne, soudée, amicale, sans cris et sans larmes, autour d’une certaine convivialité et d’une vraie simplicité, unie par la volonté de nous battre pour les autres, pour l’intérêt général, pour le service public.

Cette cohésion, je ne l’ai pas obligatoirement observée ailleurs y compris à proximité de chez nous. Ici, pas de couteau dans le dos, pas de propos désagréables, pas de valse des étiquettes, des titres ou des fonctions, pas de trahison, d’absence ou de départ. Fidélité, loyauté, confiance, ont marqué nos relations. C’est assez rare pour être souligné. Je voulais le dire aux Rolivalois parce qu’ils ont raison d’être fiers de leurs représentants. Je voulais vous le dire, publiquement, les amis, pour que vous en soyez crédités.

L’EXEMPLARITÉ

A L'OCCASION DU 14 JUILLET 2019  AU SERVICE DE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL (2/6)*

On nous demande d’être honnêtes. Nous le sommes. Dans notre commune, nous n’avons pas besoin d’être Ministre de l’environnement pour connaître et respecter les conditions d’entrée ou de maintien dans le logement social. Pas de cartes bleues ici, pas de cartes d’essence, pas d’appartements de fonction, encore moins de homards ou de Château-Pétrus. J’ai acheté les meubles qui sont dans mon bureau et ce sont les mêmes depuis toujours. La voiture du maire doit rouler au minimum dix ans pour être changée. Il faut servir sans se servir. J’ajoute que si je ne prends jamais, il m’arrive de donner. Personnellement. Sans jamais en faire état, ni en chercher contrepartie.

On nous demande de tenir nos promesses. Faire ce qu’on dit et dire ce qu’on fait. Nous n’avons pas touché aux impôts et aux tarifs publics depuis 2000, baissé la dette et investi en priorité dans l’éducation, le logement, la sécurité, dans ce qui formait notre programme. Plus que tout, c’est à la fois notre bilan et notre projet, nous avons rapporté aux Rolivalois les 100 millions de l’ANRU que nous avions promis de remporter.

C’est l’équivalent de dix ans d’investissements, de deux budgets et demi, sans parler des dossiers connexes qui, comme en 2005/2012, commencent, grâce à la dynamique du renouvellement urbain, à frémir avant de s’accélérer. Il faut que chacun le comprenne : ce sont nos jeux olympiques, c’est notre Grand Paris, c’est notre Graal. Nouvelle école, nouveau playground de basket et dojo, nouveaux quartiers, nouvelles rues, ce projet va nous faire gagner une décennie. Les Rolivalois en partageront les premiers fruits dès cette année. Qui saurait gérer ce pactole mieux que ceux qui l’ont obtenu ?

(La suite : demain jeudi)

A L'OCCASION DU 14 JUILLET 2019  AU SERVICE DE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL (2/6)*

 Marc-Antoine JAMET

Maire de Val-de-Reuil,

 Président de la commission des finances

du Conseil Régional de Normandie

 

* Les titres et les illustrations sont le choix de la rédaction.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article