FRANCE : IL N’Y A PLUS DE LIBERTÉ D’ESPRIT, PLUS DE DROIT DE SOUTENIR SES PROPRES IDÉES

Publié le par Manuel GOMEZ

FRANCE : IL N’Y A PLUS DE LIBERTÉ D’ESPRIT, PLUS DE DROIT DE SOUTENIR SES PROPRES IDÉES

Les libertés de débattre, les idées, les réflexions, loin de se développer sont en train de se restreindre.

Il est devenu obligatoire de se contenir dans les limites du politiquement, du socialement, du religieusement, du judiciairement, correct.

Il n’y a plus aucune liberté de l’esprit, il n’est plus permis de soutenir des idées qui peuvent paraître aux autres scandaleuses, honteuses, voire mensongères et même radicalement fausses.

La liberté est assurée uniquement à ce qui semble vrai ou juste, c’est la définition même de l’intolérance.

Il est trop facile de ne tolérer que les idées ou les mots sur lesquels tout le monde est d’accord.

L’intéressant n’est-il pas de débattre avec des esprits même s’ils sont en désaccord total avec ce que vous croyez juste ?

Souvenons-nous des paroles de Voltaire qui se serait fait tuer pour permettre à ses ennemis de pouvoir s’exprimer !

Il est méprisable de vouloir élever des murs contre les idées, même contre les idées les plus fausses et les plus exécrables.

Les interdire par la loi c’est leur assurer une violence médiatique, surtout à l’heure du numérique, d’Internet, des réseaux sociaux.

Aujourd’hui il est quasiment interdit d’émettre un doute sur certaines vérités qui ne seront plus vraies demain !

D’ailleurs on ne discute plus dans nos sociétés, on s’affronte.

On ne dialogue plus, on s’insulte.

Seule la violence s’impose, c’est une démonstration permanente de la force, des explosions de colère, aussi bien intellectuellement que physiquement.

Chacun s’imagine détenir la vérité et la justice mais à la condition que tous doivent penser comme eux !

N’importe qui peut attaquer, sans grand risque, même avec violence, le catholicisme, religion la plus répandue en Europe, pour le moment, et même ses représentants. Par exemple le Pape, et je ne m’en prive pas lorsqu’il prend trop souvent à mon gré des positions contestables.

Le christianisme ne cesse d’être intellectuellement et physiquement combattu mais qui oserait faire subir le même sort à la religion musulmane et à ses dignitaires ?

On a pu, hélas, constater que certains, qui avaient osé seulement la caricaturer, l’ont payé de leurs vies.

Il est plus facile aujourd’hui, en tous les cas on risque bien moins, d’insulter les « Blancs » ou les « Cathos » que les Arabes, les musulmans, les « noirs d’Afrique et les « noirs » d’ailleurs.

La création de l’Europe des Nations a, dit-on, fait disparaître le spectre des guerres internationales, mais elle a fait naître les guerres intérieures, celles que l’on pourrait nommer « les guerres civiles » : les politiques s’affrontent, les religions s’affrontent, les citoyens s’affrontent.

Seule la possession de l’arme nucléaire impose une paix mondiale alors que ce serait la raison qui devrait l’imposer !

Et c’est bien pour cette raison qu’Israël n’acceptera jamais que l’Iran possède l’arme nucléaire, sachant que sa Nation serait le premier objectif à atteindre.

Et c’est pour cette même raison que les Etats-Unis s’y opposeront toujours, même par la force s’il le fallait !

FRANCE : IL N’Y A PLUS DE LIBERTÉ D’ESPRIT, PLUS DE DROIT DE SOUTENIR SES PROPRES IDÉES

Manuel GOMEZ

Avec l'aimable autorisation de Dreuz.info.

Manuel Gomez est né à Alger (Bab-el-Oued) le 17 novembre 1931.

Engagé par Albert Camus, à l'âge de 15 ans, comme  pigiste à "Alger Républicain", Manuel Gomez a poursuivi sa carrière comme rédacteur dans les quotidiens "La Dépêche d'Algérie", puis à Paris à "L'Aurore" et "Paris-Turf.

Il a été chef de rubrique au "Méridional" de Marseille. et rédacteur en chef de "Midi-Magazine" à Nice.

 

Publié dans DREUZ INFO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article