TENSIONS DANS LE GOLFE

Publié le par Gildas Le Breton

Source : portail sud Maroc

Source : portail sud Maroc

Samedi 14 septembre les séparatistes Houthis ont bombardé les installations pétrolières saoudiennes par drones. C’est le nouveau niveau atteint par l’escalade militaire dans cette région.

Le Yémen est l’objet de bombardements et de canonnades réguliers depuis des mois par les forces de la coalition à quoi s’ajoute un blocus maritime.

Mais quelle est la situation politique dans la région ?

Le Yémen et Aden en particulier furent protectorat britannique jusque dans les années 60. Depuis le Nord et le Sud s’étripent de fédération en séparation des états du Nord et du Sud. Ceci sous l’œil des monarchies arabes et de l’Arabie Saoudite en particulier. Ibn Saoud aurait bien voulu dans les années 20 terminer ses conquêtes de la péninsule arabe par l’absorption du Yémen, berceau des Arabes.

Les Américains qui déjà le soutenaient l’en avaient dissuadé pour ne pas froisser l’allié britannique. Donc les Saoudiens s’estiment là chez eux.

Pour des raisons autant politiques que religieuses, l’Iran soutient les Houthis. L’Iran qui osa défier les États-Unis en occupant leur ambassade à Téhéran pendant presque 2 ans, le moindre des défauts des Etats-Unis n’est pas l’oubli et le pardon (ce en quoi ils oublient les lois de leur Dieu).

Le pourtour du Golfe Arabo-Persique est peuplé de musulmans sunnites (grossièrement le sud de l’Iraq, le Koweit, l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis) ou de musulmans chiites (l’Iran, Qatar et Bahrein bien que pour ces deux principautés les dirigeants soient sunnites). Le Yémen est classé sunnite avec une importante minorité chiite. Les populations côtières de l’Arabie Saoudite sont principalement chiites et sont donc l’objet d’une surveillance particulière de Ryadh qui s’en méfie. J’ai travaillé quelques mois à Djeddah, Abah et Taif : le mépris, voire la haine, pour les Chiites était très forte et affichée.

Au moment de la création du royaume par conquêtes successives des émirats découpant la péninsule arabe, Ibn Saoud (se référer à sa très bonne biographie par Benoist Méchin) a passé un marché avec les religieux sunnites : à eux de régler la vie religieuse et sociale comme ils le veulent, et en échange, le roi et ses princes vivent leur vie comme ils l’entendent.

Ces religieux sont wahabites : maintenir l’Arabie Saoudite fermée et au Moyen Âge ne leur suffisent pas, ils arrosent d’argent les mosquées étrangères pour ainsi propager leur vision rétrograde de l’islam : ils voudraient vivre comme au temps de Mahomet.

N’oublions pas que si l’Iran nous est présenté à longueur de reportage comme un pays terroriste, jamais il n’a organisé de tuerie aveugle dans nos pays quand les ressortissants saoudiens ou des terroristes inspirés par leurs imams sèment aveuglément la mort en France, en Espagne, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis sans compter l’Irak ou la Syrie.

L’Iran a deux gros défauts : avoir occupé l’ambassade des Etats-Unis et vouloir la disparition d’Israël. Les dirigeants le disent, le peuple Iranien cherche-lui à vivre confortablement en sécurité et dans un monde moderne. Il y a la pression religieuse mais pas aussi prégnante qu’en Arabie Saoudite.

La monarchie saoudienne, en prévision de la baisse des revenus pétroliers, veut faire travailler sa population : ce sera un long et difficile chemin. L’étude du Coran est la matière principale dans tous les cours, une multitude d’immigrés occupent tous les postes sauf ceux liés à la sécurité qui sont, depuis le vigile jusqu’au militaire, réservés aux Saoudiens. D’où le grand nombre de militaires qu’il faut bien occuper. A ma connaissance la proportion de travailleurs immigrés en Iran est beaucoup plus faible voire nulle maintenant que le pays est sous embargo.

Laissons l’Iran se développer, laissons-le commercer et le pouvoir iranien ne pourra plus jouer les menaces de guerre réelles.

Aujourd’hui, les Iraniens sont plus occupés à rattraper leur retard et à récupérer un niveau de confort auquel ils aspirent.

Quant aux Saoudiens, coincés entre les religieux régentant leur vie et les princes corrompus, il faudra bien qu’ils se mettent eux aussi à travailler, car la fin de leur rente pétrolière approche. Pendant que les réserves iraniennes ne se vident plus…

sport voiliers vacances etoileb-002    Gildas Le Breton

Publié dans GILDAS LE BRETON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article