L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

Publié le par L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

France Inter

Zemmour dénonce les « commissaires politiques »

du service dit public

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

Dans Face à l’info sur CNews, Éric Zemmour est revenu sur la dernière ignominie en date proférée sur France Inter. Il ne mâche pas ses mots, comme d’habitude, et assène quelques vérités premières…

Le sujet ne pouvait pas ne pas être abordé !

Venus débattre de la liberté d’expression sur le plateau de Face à l’info, Céline Pina et Éric Zemmour ont abordé la polémique créée par la chanson Jésus est pédé, chantée sur France Inter en fin de semaine dernière. « Vous voulez dire le pseudo comique de France Inter qui dit “Jésus est pédé” », commence le journaliste du Figaro avant de laisser la parole à son contradicteur, d’accord avec lui pour dire qui traiter Jésus de “pédé” revient à mettre « une claque à sa grand-mère ». C’est-à-dire faire faussement acte de transgression pour se sentir puissant.

« Il y a plusieurs sujets dans tout cela », reprend l’éditorialiste un peu plus tard. « Le premier, c’est que le catholicisme est moqué depuis toujours. » Selon lui, si France Inter s’excuse à présent c’est parce que certains catholiques refusent de se laisser marcher sur les pieds et utilisent les méthodes des associations militantes, « et qui donc attaquent en justice ». Mais aussi, « et c’est là où ça devient presque amusant, c’est qu’il y a toute une partie de la gauche qui ne trouve pas scandaleux de se moquer de Jésus mais qui trouve ça scandaleux d’utiliser le mot “pédé”, parce que c’est un mot scandaleusement anti LGBT ». Et Zemmour de poursuivre : « On en revient donc aux dictatures des minorités et au blasphème d’aujourd’hui », avant d’aborder le troisième point : le parti pris du service public.

« Le service public, dont France Inter, est devenu une machine de guerre idéologique, une machine de propagande, avec un sectarisme phénoménal », explique Éric Zemmour. « Ces gens qui sont soi-disant des comiques ne font des vannes que dans un sens. Ce ne sont pas des comiques, ce sont des commissaires politiques » qui sont là « pour punir et se moquer des dissidents ». Et de conclure, net et tranchant : « L’humour est devenu l’arme de guerre privilégiée des curés du politiquement correct. »

Source : Valeurs Actuelles, 16 janvier 2020.

Nord

l’église de Le Quesnoy vandalisée

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE
L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

La page Facebook de Philippe Legrand signale aujourd’hui, 22 janvier, des actes de vandalisme commis dans l’église Notre-Dame-de-l’Assomption (paroisse Saint-Jean-Bosco-en-Mormal, archidiocèse de Cambrai).

Dégradations dans l’église de Le Quesnoy, le Christ a perdu un bras et quelques chaises de cassées… Lamentable, bandes de cassoss !

Source : page Facebook de Philippe Legrand, 22 janvier 2020 (merci H. V. pour ce signalement)

Car de pèlerins attaqué à Caen

une famille porte plainte

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

Je soutiens l’initiative judiciaire des parents de deux jeunes enfants. Certes, il n’y a eu ni morts ni blessés dans cette misérable opération de nihilistes, mais il aurait pu y en a avoir car une personne âgée peut mourir d’un arrêt cardiaque sous le coup d’une trop forte émotion. Des adultes ont été choqués, des enfants ont été apeurés et ils garderont longtemps le traumatisme de ces horribles moments.

Cette attaque ne peut être passée par pertes et profits. Procéder de la sorte, c’est encourager ce type de haineux personnages à récidiver. La question n’est pas celle du pardon chrétien qui peut être accordé même à des indignes, mais une question politique, morale, sociale et de simple justice.

De tels agissements ne sont pas tolérables. Que le diocèse, à ce que j’ai lu, n’ait pas estimé devoir porter plainte me laisse quelque peu perplexe.

Saluons donc le courage de cette famille et prions pour que justice soit faite. La place des fauves de l’espèce de ceux qui ont commis ce méfait, n’est pas l’air libre mais derrière des barreaux pour le temps prévu par la loi. Comme le dit, fort justement, l’avocat de la famille « le silence semble être la règle lorsque des chrétiens sont visés ». Il est temps, grand temps que cela cesse.

« Tout le monde a eu peur », résume l’avocat. Me Henri de Beauregard a déposé plainte, ce mercredi soir, au nom d’un couple et de ses deux enfants, âgés de cinq et sept ans, après l’attaque aux billes de paint-ball menée contre un car de catholiques.

Selon le récit rapporté par Me Henri de Beauregard, les faits se sont déroulés peu après 8 h, dimanche. « Le bus, affrété par le diocèse, sortait du parking de la maison diocésaine à Caen lorsqu’il a été pris à partie par une vingtaine de personnes habillées en noir et masquées », explique-t-il. Elles se sont placées devant le bus « criant des slogans et déroulant une banderole illisible », explique-t-il dans la plainte.

« Après quelques minutes, le chauffeur du bus a malgré tout tenté d’avancer par à-coups, pour tenter de s’extraire de cette embuscade. Certains individus ont alors tiré sur le bus avec des fusils de paintball, maculant le pare-brise et la carrosserie de taches de peintures ». Le car a fini par se frayer un chemin et quitter les lieux, a indiqué l’avocat.

D’après Me Henri de Beauregard, l’autocar transportait des personnes relativement âgées ainsi que des familles avec enfants qui se rendaient en pèlerinage à Pontmain (Mayenne) […] Pour l’avocat, « il ne fait pas de doute que l’action visait à empêcher les occupants du bus de se rendre à un rassemblement ».

De son côté, le diocèse avait supposé, lundi, que les attaquants pensaient sans doute cibler des participants à la manifestation de Paris contre la PMA, avançant l’hypothèse d’une « erreur de cible ».

Me de Beauregard précise, lui, que cette action n’est pas la première à Caen. Il cite notamment l’exemple, en octobre dernier, de deux bus de pèlerins rentrant de Lourdes et un troisième se rendant à une manifestation à Paris, qui avaient fait l’objet d’actions similaires au même endroit.

« Voilà trois fois que des bus de chrétiens sont attaqués à Caen. Ces faits témoignent d’un climat qui devient franchement préoccupant et qui prospère sur le silence des autorités. Le silence semble en effet être la règle lorsque des chrétiens sont visés. Que faut-il attendre pour qu’il y soit mis un terme ? », s’est interrogé l’avocat.

Source : Le Courrier de l’Ouest (avec Ouest-France), 23 janvier 2020.

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE
VOLS ET PROFANATIONS D'ÉGLISES ET DE CIMETIÈRES EN FRANCE
VOLS ET PROFANATIONS D'ÉGLISES ET DE CIMETIÈRES EN FRANCE

(*) Daniel Hamiche est journaliste et président de l’association Amitié catholique France/États-Unis. Il a lancé, en 2007, le blogue Americatho (aujourd’hui membre du portail de réinformation Riposte Catholique). Il est administrateur et rédacteur du blogue L’Observatoire de la Christianophobie.

VOLS ET PROFANATIONS D'ÉGLISES ET DE CIMETIÈRES EN FRANCE

Publié dans CHRISTIANOPHOBIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article