LA FAUSSE GÉNEROSITÉ DE CE GOUVERNEMENT

Publié le par CASAR

LA FAUSSE GÉNEROSITÉ DE CE GOUVERNEMENT

M’étant réjoui de l’annonce de Bruno Le Maire sur les aides aux entreprises et aux entrepreneurs, je m’apprêtais aujourd’hui, le cœur léger, à faire ma demande de prime de 1.500 euros qui viendrait compenser le fait que, étant confiné, je ne puis plus bosser depuis le 17 mars.

Mais hélas, en commençant à remplir le formulaire je suis tombé sur la liste des exclusions à ce droit et, parmi elles, celle-ci :

Pour les personnes physiques ou, pour les personnes morales, le dirigeant majoritaire n’est pas titulaire, au 1er février 2020, d’un contrat de travail à temps complet ou d’une pension de vieillesse et n’a pas bénéficié, au cours de la période comprise entre le 1er mars 2020 et le 31 mars 2020, d’indemnités journalières de sécurité sociale d’un montant supérieur à 800 euros ;

En termes clairs, cela veut dire que les retraités qui, comme moi, sont obligés de continuer à bosser pour compléter une « pension » insuffisante pour finir d’élever des enfants sont exclus du bénéfice de cette prime !

Sachez pourtant que nous continuons à cotiser à fonds perdus sur nos revenus professionnels et que cela ne nous donne aucun droit supplémentaire, ce qui est déjà un scandale !

Ils appellent cela « les contributions de solidarité ».

Autrement dit on achète le droit de pouvoir continuer à travailler.

Moi, j’ai repris une petite entreprise, j’y ai remis toutes mes économies et n’ai pu, eu égard au veto bancaire lié à mon âge, ne la financer que par des crédits à la consommation engagés « sur ma tête ».

J’ai 2 salariés à plein temps, 4 à temps partiels, 2 vacataires. Je prépare une quarantaine d’étudiants à un beau diplôme d’état. Je paye tous les impôts et toutes les charges sociales. Je fais vivre le propriétaire de mes locaux, la femme de ménage et tous les divers prestataires habituels pour une entreprise. Après 3 années d’un travail acharné qui m’a coûté un œdème pulmonaire aigu puis un décollement de la rétine, l’entreprise est maintenant sur les rails, sur de beaux rails avec de belles perspectives.

Enfin était…

Plus un règlement encaissé depuis le 17 mars, plus de 6 mois de retard de paiement des organismes chargés de gérer la formation en alternance, aucun soutien bancaire en dépit, là aussi, des belles promesses.

Sans jeu de mots douteux, je suis à bout de souffle, asséché, sans un sou.

Tout cela est écœurant, minable, indigne d’un gouvernement qui prétend aider l’initiative.

Bruno Le Maire est un vilain menteur, cela se confirme, ce n’est pas nouveau…

Et il n’a même pas la générosité de me filer 1.500 balles…

 

Casar

 

Publié dans LIBERTÉ D'EXPRESSION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article