L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

Publié le par Daniel HAMICHE

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE
L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

Pyrénées-Orientales

Tag offensant sur le parvis de l’église d’Osséja

Il s’agit de l’église Saint-Pierre. Le tag « L’église n’est pas la maison de Dieux » a été découvert le saint jour de Pâques…

Des tombes du cimetière communal avaient vandalisées en février dernier (voir ici et ).

Dimanche 12 avril, une inscription faite en rouge vif a souillé le parvis de l’église d’Osséja. “Dans la nuit de Pâques où les chrétiens fêtent la Résurrection du Seigneur, des inscriptions à caractère volontairement offensant pour les croyants ont été taguées sur le parvis de l’église. Ces gestes accomplis dans l’obscurité et loin des regards, s’ils sont condamnables, disent aussi une souffrance mal ou pas encore assumée, et peut-être un début de chemin de guérison, que j’espère sincèrement. Ils ne font que renforcer la réalité de l’annonce du Ressuscité de Pâques qui s’adresse aux hommes de bonne volonté : le mensonge et la mort sont définitivement vaincus”, a réagi le père Christian Burillo de la paroisse de Cerdagne Saint-Roch.

Le maire d’Osséja, Roger Ciurana, était une nouvelle fois atterré et indigné. “Après le cimetière, on s’en prend aux édifices religieux. C’est déplorable que certains s’attaquent à la religion et dégradent des lieux de culte. L’église est un lieu protégé et que cette inscription soit fait le dimanche de Pâques est un signe contre les catholiques”.

Le maire et son adjointe, Rose-Marie Estéva, sont allés sur les lieux en compagnie du père Christian Burillo. Les services techniques ont tenté d’enlever les tags sur le parvis de l’église Saint-Pierre qui avait été refait par la mairie. Mais la peinture provenant d’une bombe aérosol était trop incrustée pour qu’un seul dissolvant puisse la faire disparaître. Le maire ira déposer plainte en gendarmerie dans la semaine.

Source : L’Indépendant,

13 avril 2020 (merci J. F. R. pour ce signalement)

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

Gard

Vandalisme & tentative de vol dans une église de Barjac

Il devrait s’agir de l’église Saint-Laurent (ensemble paroissial de Barjac et Goudargues, diocèse de Nîme). Les méfaits ont été commis le mardi 21 avril dernier.

L’église de Barjac, dans le Gard rhodanien, a été victime d’une tentative de cambriolage, ce mardi. Un ou plusieurs individus ont profité de l’absence de public pour tenter de voler les offrandes déposées dans le tronc de l’église. Ne réussissant pas leur méfait, ils ont alors projeté au sol et cassé une étagère servant à entreposer des cierges. La porte du tronc a souffert de légères dégradations. Les gendarmes du Gard restent vigilants afin que ce genre de faits ne se reproduisent pas dans des lieux, toujours ouverts même en cette période de confinement.

Source : La Provence 22 avril 2020.

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

Paris

Deux incidents dans des églises du diocèse

Le premier incident s’est déroulé dimanche 19 avril dans l’église de la paroisse Saint-André-de-l’Europe et a provoqué une “sainte colère” de l’archevêque Michel Aupetit, parfaitement justifiée par cette violation inadmissible de la loi dite de “séparation”…

Comme beaucoup de ses confrères en France, l’abbé Philippe de Maistre, curé de la paroisse Saint-André-de-l’Europe, à Paris (VIIIe), diffuse sur les réseaux sociaux la messe dominicale qu’il célèbre avec quelques concélébrants, confiné dans son église, pour ses paroissiens privés de messes publiques depuis le début du confinement.

Mais dimanche 19 avril, alors en pleine célébration, le curé a vu avec surprise des policiers faire irruption dans son église… pour lui sommer d’arrêter la messe…

« Nous étions sept personnes : moi-même, un servant, un chantre, un organiste, et trois paroissiens pour donner la réplique et faire les lectures. Au milieu de la messe, trois policiers armés ont pénétré dans l’église, raconte le père Philippe de Maistre, encore choqué. Or, l’autorité de police dans une église, c’est le curé ! À part les pompiers, la police ne peut entrer, tant qu’elle n’est pas appelée par le curé… »

Le curé a également alerté l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, qui a fermement dénoncé l’incident ce mercredi sur Radio Notre-Dame : « Les policiers sont entrés en arme dans l’église, or il y a interdiction formelle aux policiers d’entrer en arme dans une église. Il n’y avait pas de terroristes ! Il faut garder la tête froide et arrêter ce cirque. Sinon on va prendre la parole et (…) aboyer très fort ! ».

Le second m’a été signalé en début d’après-midi par un paroissien de l’église Saint-Eugène (Paris IXe arrondissement).

Je ne sais pas si vous êtes au courant de ce qui s’est passé mardi 21 avril à la paroisse Saint-Eugène-Sainte-Cécile. Vers 19 h, pendant la messe, 4 policiers, il n’est pas précisé s’ils étaient armés, sont entrés dans l’église, cela ressemble fort à l’action menée la semaine dernière à Saint-Nicolas du-Chardonnet, lors de la diffusion de la messe de la Vigile pascale, nuit du samedi 11 au dimanche 12 avril encore une action de cathophobie.

Il y avait malheureusement environ 15 personnes au fond de l’église. Le curé ne s’est pas démonté et ce matin, mercredi 22 avril, il est allé rencontrer le maire du IXe. L’incident est paraît-il clos mais il faudrait qu’il se méfie car si les délateurs s’aperçoivent de l’échec de leur action, ils sont capables de recommencer avant la fin du confinement. Je n’en sais pas plus pour l’instant.

Source : Le Figaro, 22 avril 2020.

Mise à jour du jeudi 23 avril Le paroissien de Saint-Eugène-Sainte-Cécile qui m’a signalé l’incident survenu dans cet église et dont j’ai rendu compte ci-dessus, m’a transmis cette nuit et ce matin de bonne heure des précisions. Sur la date du fait. Il ne s’agit pas du mardi 21 avril mais du jeudi 16 avril, lors de la messe de 19 h. Il semble que le curé n’ait pas veillé à ce que l’église soit fermée pendant la célébration, d’où la présence de fidèles dans le fond de l’église. À la discrétion de l’ordinaire (évêque) ou de l’affectataire (curé, recteur…), les églises peuvent rester ouvertes pour qu’on puisse venir y prier – dans les limites des déplacements autorités par les dispositions gouvernementales sur le confinement. Le culte peut être célébré dans les églises mais sans peuple (sine populo). Seules semblent autorisées la présence du ou des célébrants, de membres du service d’autel et, éventuellement, de techniciens en cas de diffusion de la messe sur les réseaux sociaux…

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

Morbihan

Vols et tentative de vol dans une église de Lorient

Un lecteur (merci V. L.) signale des vols et tentatives de vols commis à l’encontre de l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle dite église de Kerentrech (du nom du faubourg ouvrier où elle fut édifiée au XIXe siècle), de la paroisse Saint-Christophe de Lorient (diocèse de Vannes).

Les deux faits ont été commis en février dernier. Lors du premier acte, des inconnus avaient, en plein jour, brisé des portes à l’intérieur de l’église, forcé et cassé le tronc d’offrandes pour les cierges et volé des micros.

Le deuxième incident a été constaté le 29 février. Dans la nuit, « une porte extérieure a été fracturée mais les intrus ont été dérangés par des personnes du voisinage et sont repartis sans rien voler ». Des plaintes ont été déposées par le recteur (curé) de la paroisse.

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE
 

(*) Daniel Hamiche est journaliste et président de l’association Amitié catholique France/États-Unis. Il a lancé, en 2007, le blogue Americatho (aujourd’hui membre du portail de réinformation Riposte Catholique). Il est administrateur et rédacteur du blogue L’Observatoire de la Christianophobie.

https://www.christianophobie.fr/

Publié dans CHRISTIANOPHOBIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article