PROFITEZ DU CONFINEMENT POUR LIRE

Publié le par ANCRE DE MARINE

PROFITEZ DU CONFINEMENT POUR LIRE
PROFITEZ DU CONFINEMENT POUR LIRE

Le 9 janvier 1942, en pleine tempête, un paquebot français, le Lamoricière sombre, coque intacte, après avoir tenté de porter secours à un cargo en perdition. Le naufrage fait près de 300 morts.

En 1943, Maguy Courau-Dumont, rescapée, écrit à chaud le récit détaillé du drame où elle a perdu son mari dans des circonstances atroces.

Parmi les victimes du naufrage du Lamoricière figure l’épouse du grand poète Max Pol Fouchet. Dans un poème dédié à son épouse, disparue en mer, le poète trouve, dans le nom du paquebot, une tournure prophétique : la mort ici erre…

Puis, un voile d’oubli tombe sur ce drame, masqué par les horreurs mémorielles de la guerre mondiale.

Le livre-choc de Maguy Courau-Dumond devient introuvable.

Aujourd’hui, l’intérêt renaît pour cette tragédie

Les familles des victimes ont fondé une association qui garde vivante la mémoire des disparus. L’association French-Lines, qui fait revivre le monde disparu des grandes compagnies maritimes, organise des conférences, des forums en ligne essaiment…

Grâce à la famille de Mme Dumont, l’Ancre de Marine réédite le poignant récit tel qu’il a été publié en 1943, de Maguy Courau-Dumont, accompagné de photos et de coupures de presse (voir le dossier en cliquant ci-dessous).

Toute jeune femme aux jours de la catastrophe, Maguy Courau-Dumont est aujourd’hui décédée.

Mais, pour les lecteurs de l’Ancre de Marine, elle a livré, à l’âge de 97 ans, un témoignage bouleversant sur le naufrage vécu, récit où se révèle une force d’âme, un caractère hors du commun ( voir l’interview vidéo ).

Un exploit sportif et technique

Dans le livre que nous publions, le récit de Mme Dumont est complété par deux volets : le rappel d’un chef-d’œuvre de la littérature maritime et le récit d’un exploit sportif et technique, réalisé par des plongeurs professionnels italiens, ramenant des fonds obscurs de bouleversantes images, reproduites dans le livre.

En 2008, au prix d’efforts techniques et d’un courage collectif exemplaire, l’épave du paquebot Lamoricière a été retrouvée au large des Baléares et photographiée à près de 150 mètres de profondeur.

Un chef d’œuvre littéraire

Dans l’entre-deux guerres, avant de devenir un immense écrivain, Édouard Peisson est officier de la Marine Marchande. Il embarque sur le Lamoricière, paquebot de la ligne Marseille-Alger.

Dans les années soixante, l’écrivain se souvient du drame et en saisit toute la la portée morale et la dimension humaine.

Il en fera la trame d’une fameuse trilogie Capitaines de la Route de New York, Le Sel de la Mer, Dieu te juge, dont la parution le consacrera comme écrivain maritime de premier.

Face aux dangers de la tempête, un commandant, responsable de la vie de ses passagers, doit-il prendre le risque de se dérouter, en travers des lames, pour porter secours à l’équipage d’un cargo ?

« Dieu te juge » écrit Peisson. Et les hommes ?

Le véritable commandant a choisi de rester à bord et de sombrer avec son paquebot. Le héros de Peisson sera jugé au tribunal.

Ce drame de la mer a ainsi inspiré les plus belles pages de la littérature maritime, traduites dans toutes les langues.

Plus de renseignements ou pour commander le livre, cliquez sur ce lien

Publié dans ÉDITIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article