CLAUDE GOASGUEN VICTIME DU CORONAVIRUS

Publié le par VILDENAY

CLAUDE GOASGUEN VICTIME DU CORONAVIRUS

Claude Goasguen, né le 12 mars 1945 à Toulon est décédé ce 28 mai 2020, victime du coronavirus.

Il siégea au Conseil de Paris de 1983 à 2020 et exerça le mandat de maire du 16e arrondissement de Paris de 2008 à 2017, date à laquelle, étant Député, il démissionna en raison de la réglementation sur le non-cumul des mandats. Fonction qu'il exerça de 1993 à sa mort.

Ancien Secrétaire général de l'UDF et Porte-parole de Démocratie libérale, il est ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Citoyenneté en 1995, dans le gouvernement de l’inénarrable Juppé.

Claude Goasguen et son ami Alain Madelin rejoignent, la Fédération Nationale des Républicains Indépendants (FNRI) de Valéry Giscard d'Estaing, puis le Centre des Démocrates Sociaux (CDS) et l'Union pour la Démocratie Française (UDF).

De 1986 à 1988, il est Conseiller technique auprès de René Monory, Ministre de l’Éducation nationale, en charge des relations avec le monde de l'entreprise et de la formation professionnelle.

Secrétaire général de l'UDF et de Force Démocrate de 1996 à 1998, Il rejoint ensuite Démocratie libérale, lors de sa scission de la « Nouvelle UDF » présidée par François Bayrou, et en est vice-président-porte-parole entre 1998 et 2002.

Après la défaite de la droite aux élections législatives anticipées de 1997, il appelle son camp à abandonner « l'anathème » et à « sortir de l'impasse de la diabolisation du FN ».

En 2002, il rejoint l'UMP lors de la fusion de DL avec celle-ci. Il est Délégué général chargé des universités et de la recherche à partir de 2005. Il est également le président des Réformateurs de Paris, aile libérale de l'UMP.

Claude Goasguen devient député UDF du 13ème arrondissement de Paris en 1993 en remplacement de Jacques Toubon, dont il est le suppléant, à la suite de sa nomination dans le gouvernement d’Édouard Balladur. À l'Assemblée nationale, il est membre de la Commission d’enquête parlementaire sur l’utilisation des fonds affectés à la formation professionnelle.

De mai à novembre 1995, il est Ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Citoyenneté dans le premier gouvernement d'Alain Juppé. Il réussit son parachutage dans la 14e circonscription de Paris (quartiers d'Auteuil et de La Muette, dans le 16e arrondissement), en étant élu député pour la période 1997-2002 dès le premier tour avec plus de 70 % des suffrages.

Lors des élections législatives de 2007, il est élu dès le premier tour avec 65,83 % des voix dans la 14ème circonscription de Paris face à Wladimir d'Ormesson (MoDem). Aux élections législatives de 2012, il est réélu dès le premier tour, avec 58 % des voix…

En septembre 2011, avec 107 parlementaires français, il se déclare opposé à la reconnaissance d'un État palestinien par l'ONU.

En 2012, à l'occasion du congrès de l'UMP, il soutient la candidature de Jean-François Copé. En 2016, Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains remportée malheureusement par l’infâme Fillon…

En 2016, il s'oppose à la création d'un centre pour SDF dans le bois de Boulogne par la mairie de Paris.

Dans l'entre-deux-tours de la présidentielle de 2017, il déclare voter pour Emmanuel Macron face à Marine Le Pen.

Candidat à sa réélection lors des législatives de 2017, il l'emporte à l'issue du second tour contre la candidate LREM.

Il devient membre de l'Observatoire de la laïcité en octobre 2017.

En vue des municipales de 2020, il est favorable à une alliance entre son parti et LREM dans l'objectif de « battre Anne Hidalgo ». Finalement, il apporte son soutien à Rachida Dati.

Désavouant Danièle Giazzi, qui lui a succédé à la mairie du 16e, Claude Goasguen, soutient face à elle l'investiture de l’intriguant et opportuniste (un jour à gauche, un jour à droite, selon le vent…) Francis Szpiner, comme candidat LR.

Claude Goasguen est hostile au  droit de vote des étrangers aux élections locales, estimant qu'il est indispensable de lier nationalité et citoyenneté. Il est par aussi partisan d'une immigration maîtrisée et choisie.

Il se prononce contre l'adoption d’enfants par les couples homosexuels, estimant qu'il est dans l'intérêt psychologique de l'enfant de permettre son inscription dans une filiation hétérosexuelle.

Il est l'auteur de la proposition de loi relative à la prévention des violences lors des manifestations sportives. Votée en 2006, elle a notamment créé la Commission nationale consultative de prévention des violences sportives, qui permet la dissolution d'associations sportives.

Il est aussi l'auteur d'un rapport sur la réforme de l'aide médicale d’État (AME) établi au nom du Comité d'évaluation et de contrôle de l'Assemblée nationale.

Chevalier de la Légion d’honneur, Chevalier de l’Ordre National du Mérite, Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques.

Atteint de Covid-19, il est hospitalisé le 24 mars 2020, puis placé en coma artificiel. Il meurt le 28 mai d’un arrêt cardiaque.

 

VADE RETRO SIBETH NDIAYE !

 

 

Vildenay

 

Publié dans VILDENAY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article