UN FRONT PAS VRAIMENT POPULAIRE…

Publié le par Patrick ROBERT

UN FRONT PAS VRAIMENT POPULAIRE…

Je dois confesser une certaine déception à la lecture du premier numéro de Front Populaire, le magazine de la nouvelle plate-forme d’expression populaire créée par Michel Onfray.

L’idée de base toute simple consistant à dire: Il faut donner la parole au peuple, au vrai peuple, pour écouter ce qu’il a à dire est, effectivement, particulièrement séduisante, dès lors qu’il ne s’agit pas de sempiternelles « réunions Tupperware » comme celles dont Monsieur Macron nous a abreuvées.

Je m’attendais donc à lire, très basiquement, des témoignages  de « gens du cru » sur leurs problèmes de vie quotidienne : Germaine, retraitée à La Chapelle Viel dans le fin fond de l’Orne qui n’a plus rien dans son village pour faire ses courses (même plus le camion de l’épicier qui passe) ou Henri qui est obligé de prendre son vieux diesel pour aller bosser à Caen chez un sous-traitant de Renault qui risque de fermer.

Ou bien encore trouver un lien avec l’excellent site de Combaz !

Rien de tout cela, hormis le témoignage d’un artisan ébéniste…

Certes ce premier numéro est intéressant avec des éditos traitant de sujets de fond. Mais mon Dieu que c’est verbeux et soporifique. Les innombrables références historico/philosophico/socialo/politiques qui fourmillent dans ces textes, franchement « on en n’a rien à foutre » et c’est du réchauffé…

Et encore et toujours les mêmes intervenants, « celles et ceux » que l’on retrouve partout sur les plateaux télé, dans les blogs et les journaux numériques. Comme dans les conseils d’administration des entreprises du CAC 40, un « entre-soi ».

Le piège dans lequel tombe Michel Onfray (à moins que ce ne soit totalement volontaire), c’est de faire exactement ce qu’il reproche à ses adversaires : Accaparer une sorte « d’élitisme de la pensée populaire », tout comme ses adversaires se complaisent dans la confiscation de la pensée élitiste, la « pensée unique », la doxa et tout le bazar.

En quelque sorte, traverse l’esprit qu’il s’agit, peut-être, d’une tentative de récupération de toute une partie du peuple dont on peut « façonner » l’esprit à l’envi : Remplacer le spirituel qui a construit notre civilisation judéo-chrétienne (et qui est en voie d’extinction totale) par l’intellectuel.

A forcer le trait au paroxysme, on pourrait même presque dire que c’est ce que j’appelle l’exploitation du « syndrome de l’autodidacte ». Tous ces « braves gens des classes moyennes » qui n’ont pas eu la chance (ou le courage) de se former, de s’éduquer, de s’éveiller à la conscience, d’avoir appris, comme le dit fort pertinemment Onfray, à lire et réfléchir «  se vengent intellectuellement » en attaquant, plus ou moins consciemment, ces élites Jacobines, mais sans rien proposer de concret.

La question essentielle est celle de savoir s’ils en sont capables et même s’ils le souhaitent.

Car « la liberté retrouvée », par exemple celle d’organiser localement les infrastructures de santé, c’est aussi un ensemble de contraintes considérables.

Bref, un site de plus avec des signatures prestigieuses pour « appâter » le chaland, mais in fine qui n’apporte pas grand-chose, hormis la soupe habituelle.

Et pour être vraiment odieux, une démarche « à la Macron » : « Vous allez voir, je vais tout bousculer en vous donnant la parole pour de vrai ».

On a vu ce que ça a donné : Une tromperie sur la marchandise.

Macron, c’est « un pervers narcissique ». Onfray serait-il un « pervers manipulateur » ?

 

EDOUARD PHILIPPE MENACE MÊME SON PORT D’ATTACHE !

Patrick ROBERT 

Chef d'entreprise

 

Publié dans Patrick ROBERT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article