L’€UROPE DES MARCHANDS ET NON DES PEUPLES

Publié le par CHARLEM

L’€UROPE DES MARCHANDS ET NON DES PEUPLES

Alors que Macron (comme ses prédécesseurs) reste sourd et aveugle devant le déferlement de migrants dans nos villes et nos villages, Pédro Sanchez, le Président socialiste du gouvernement Espagnol fait construire les plus hauts murs anti-migrants…

Boris Johnson fait appel à l’armée pour enrayer les assauts migratoires illégaux sur les côtes de la Manche qui ont eu lieu tout au long de cet été. Ce vendredi 21 août, The Guardian, affirme que depuis le début de l’année plus de 5.000 migrants clandestins ont traversé la Manche avec la complicité de la France.

 

L’€UROPE DES MARCHANDS ET NON DES PEUPLES

Selon les données 2020 de l'UNHCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés), l’Italie compte 16.942 arrivées par voie maritime, l’Espagne 10.875 et la Grèce 8.967. Les origines des demandeurs d’asile sont multiples (Érythrée, Éthiopie, Irak, Iran, Mali, Nigéria, Pakistan, Soudan, Vietnam)

Pourtant, quand on veut prendre soin de son Peuple, il existe des solutions à ces invasions migratoires. L’Australie l’a prouvé avec son opération « push back » (repousser) !

L’€UROPE DES MARCHANDS ET NON DES PEUPLES

Boris Johnson, qui n’a pas sa langue dans la poche et que Macron déteste, a déclaré récemment dans The Times « vouloir un nouveau cadre juridique pour faciliter le retour des migrants en France après leur traversée de la Manche », qualifiant « ces traversées de très mauvais, stupides, dangereux et criminels ».

Macron nous rabâche l’€urope à longueur de discours, mais que fait-il pour mobiliser son €urope à stopper ces invasions, que Priti Patel, le ministre britannique de l’intérieur, qualifie « d’inacceptables ?».

Nos dirigeants €uropéens, Macron en tête, devraient, pour une fois, écouter la déclaration de Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés : « On ne peut attendre des gens qu’ils vivent dans la tourmente pendant des années, sans possibilité de rentrer chez eux ou de se bâtir un avenir là où ils se trouvent. Nous devons adopter une attitude fondamentalement novatrice et davantage accueillante à l’égard de ceux qui fuient, conjuguée à un effort résolu pour mettre fin aux conflits qui perdurent depuis des années et sont à l’origine même de ces intenses souffrances ».

« Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant l’Europe !, l’Europe !, l’Europe !, mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien. » (Charles de Gaulle, 14 décembre 1965).

 

 

BERLIN : DISCOURS HISTORIQUE DE ROBERT KENNEDY JR CHARLEM

Publié dans CHARLEM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tietie007 27/08/2020 04:15

De Gaulle n'est pas sorti de la CEE ...