LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EMMANUEL MACRON

Publié le par Elie LÉVY

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EMMANUEL MACRON

Monsieur le Président de la République,

Je me permets de vous adresser cette lettre ouverte au nom des 150.000 Français qui résident en Israël et que j’ai l’honneur de représenter.

Monsieur le Président, il aura fallu l’explosion de 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium pour que vous vous rendiez à Beyrouth apporter le soutien de la France, de l’Europe et plus encore.

Il aura fallu cette catastrophe que je considère provoquée directement ou indirectement par une milice inféodée pour se souvenir que le Liban a un peuple qui subit le diktat d’une classe politique corrompue.

Et encore si ce n’était que ça !

Voilà un geste louable, plein d’humanité. Voila un geste de solidarité.

Oui mais le problème qui se pose est de savoir à qui va ce soutien, cette humanité, cette solidarité ?

Mais avant de répondre à cette question vous devez vous demander que font 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium, un explosif extrêmement puissant, dans le port de Beyrouth ?

Qui au Liban détenait ce stock de produit mortel et pourquoi faire stocker un tel explosif dans le port au milieu de civils, avec le risque d’un attentat ou d’un accident.

Peut-on imaginer une seule seconde qu’un tel stock soit entreposé dans le port de Marseille ?

Peut-on accepter que des armes et des missiles soient entreposés dans des hôpitaux ou au milieu des populations civiles ?

Bien sûr à toutes ces questions vous connaissez les réponses.

Quand vous allez au Liban après cette tragédie, à qui exprimez-vous la solidarité de la France, de l’Europe ?

Aux victimes, quelques centaines de morts et quelques milliers de blessés, au Président Ayoun, ludion grotesque, marionnette de ses maîtres l’Ayatollah Khamenei à qui vous refusez d’appliquer les sanctions économiques et le Hezbollah son vassal.

Vous savez Monsieur le Président qui est responsable de l’état lamentable dans lequel se trouve ce pays

Churchill disait « qu’un partisan de la politique d’apaisement ressemble à quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant être dévoré le dernier ».

Est-ce cela la politique de la France ?

Comment la communauté internationale peut-elle tolérer qu’un pays tel que le Liban soit gouverné par une milice surarmée et qui n’a pas d’autre légitimité que celle de la force.

La Syrie a occupé le Liban, y a même fait assassiner son premier ministre Rafic Hariri, et la France n’a jamais voulu condamner.

Aujourd’hui, l’Iran et son bras armé, le Hezbollah règne en maître absolu dans le pays du cèdre.

Alors Monsieur le Président le Hezbollah, organisation terroriste ou pas ?

La branche politique non, dites-vous, mais la branche armée, oui !

Vous êtes toujours fidèle à votre doctrine : et en même temps !

Avec votre « et en même temps » la France que vous incarnez est un peu devenue complice.

Depuis quand le cerveau ne contrôle plus le bras. Depuis quand la branche politique ne contrôle plus le bras armé ?

Celui qui laisse faire est aussi coupable que celui qui fait.

Si la France et l’Europe que vous voulez entraîner derrière vous veulent exprimer une solidarité, c’est avec le peuple libanais qui subit et n’en peut mais.

Aidez le peuple libanais à se débarrasser du Hezbollah. Appliquez les sanctions contre l’Iran, sinon vous porterez aussi la responsabilité de voir un jour s’élever dans le ciel un autre champignon, atomique celui-là.

Mais je peux vous assurer que si le régime politique de l’Iran et son vassal, le Hezbollah, ne seront pas éradiqués par les pays occidentaux, d’autres s’en chargeront plus douloureusement et vous risquez de revenir encore une fois à Beyrouth exprimer la solidarité de la France.

Je préfère cela à une éventuelle et improbable visite à Jérusalem.

Elie LEVY

Conseiller consulaire

circonscription Israël–Tel-Aviv

Publié dans LIBERTÉ D'EXPRESSION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article