PROSPECTIVES PRÉSIDENTIELLES 2022 (1)

Publié le par Denis Szalkowski & Charlem

PROSPECTIVES PRÉSIDENTIELLES 2022 (1)

Depuis l’avènement de la Vème République, comme le plupart des démocraties occidentales, la France est dirigée en alternance par la Droite ou la Gauche parlementaires avec, par épisode, des cohabitations souvent paralysantes. Comme l’écrit très justement dans Valeurs Actuelles le regretté Denis Tillinac, « il ne faut pas souhaiter sa disparition Elle livrerait la gauche à une nébuleuse de forcenés de l'écologie punitive et de crypto-révolutionnaires que l'islamisme saura culpabiliser, voire enrôler au titre de supplétifs. En hâtant la désagrégation d'un peuple en proie à l'angoisse, ils le prédisposeraient à s'offrir corps et biens au premier démagogue propulsé par les réseaux sociaux ».

Avant que le Coronavirus ou Macron ou les deux, ne ferment définitivement les lieux de vie, au Café du commerce, entre caoua ou un demi, on a plaisir à « refaire le Monde » et, pour la France, il arrive que l’on aborde la présidentielle de 2022… Contrairement à la pensée unique répandue sur les médias audio-visuels, qui nous ressassent le duel Macron-Le Pen ou des chevaux de retours comme Hollande, Royal, Sarkozy ou des sous-fifres comme Mélenchon, Faure, Dupont-Aignan et consorts… Deux personnalités reviennent assez souvent chez ceux qui s’intéressent un peu à la politique nationale : Arnaud Montebourg pour la Gauche et à Droite, le Général Pierre de Villiers.

A partir de ce vendredi, Charlem tient une rubrique régulière sur ces deux personnalités. Pour Arnaud Montebourg, il sera le relais de notre ami Denis Szalkowski. Pour le Général Pierre de Villiers nous aurons pour référence son site facebook.

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

A part Olivier Faure et Bernard Cazeneuve, le Parti Socialiste ne dispose d’aucun candidat pour 2022. Et, disons-le, ses chances d’être présent à la prochaine présidentielle sont plutôt extrêmement faibles. Même si c’est un homme brillant sur le plan intellectuel, Bernard Cazeneuve n’est pas particulièrement charismatique. Je n’en dirai pas plus. Et il faut un minimum de charisme pour prétendre à la fonction suprême ! Quant à Olivier Faure, sans aucune expérience de gouvernement, il ne dispose d’aucune crédibilité, d’aucune légitimité. Circulez, y a rien à voir. Je laisse Anne Hidalgo à ses casseroles. Et c’est bien de cuisine politique dont je parle là !

Le PS est donc condamné à soutenir un candidat. Un écolo ? Eric Piolle ? Impossible : trop à gauche ! L’élection présidentielle n’a jamais réussi aux représentants de l’écologie politique. Raphaël Glucksmann ? Les socialistes français ont déjà donné aux élections européennes. Restent Royal, Taubira et Montebourg qui ne sont, à ce jour, plus membres du Parti Socialiste. Royal et Taubira sont aujourd’hui des femmes politiques atypiques, isolées, sans réseau, incapables de mobiliser la vingtaine de millions d’euros pour prétendre à figurer à la Présidentielle.

Seul Arnaud Montebourg coche un certain nombre de cases. Ancien ministre de l’économie, il dispose d’une véritable expérience de gouvernement. Converti à l’entreprise, il a su acquérir de l’épaisseur, de la crédibilité et de la légitimité. Accessoirement, il aura su tisser les réseaux nécessaires pour se présenter. C’est un bosseur. Et il est le seul, à gauche, à pouvoir embarquer sur son nom des votes souverainistes et mélenchonnistes nécessaires pour arriver au 2e tour. Encore faut-il que Mélenchon ne soit pas candidat et, là, c’est loin d’être gagné ! La multiplication de candidatures souverainistes à droite ne seraient sans doute pas de nature à lui faire passer l’obstacle du 1er tour. L’équation est compliquée.

LA SYMPHONIE DE 2022
 
 
 
Denis Szalkowski  

 

Après ses deux premiers livres, « Servir » et « Qu’est-ce qu’un chef ? », le Général Pierre de Villiers vient de publier « L’équilibre est un courage ».

LA SYMPHONIE DE 2022

Il a pris le temps d’une plongée passionnante dans la France, celle des Gilets jaunes, des habitants des villes et des banlieues. Il y a rencontré des femmes et des hommes entre angoisse et envie de s’en sortir. Il y a vu une nation profondément divisée et menacée par ses tensions internes, mais aussi par les ruptures d’un monde instable et dangereux.

S’inspirant de sa carrière militaire comme des multiples rencontres que lui ont valu le succès de ses précédents livres, le Général Pierre de Villiers dresse le portrait sans ambiguïté d’une France divisée, déboussolée, dépourvue de vision d’avenir dans un monde instable. « Les Français ressentent à l’unisson qu’ils sont à un point de bascule, et que vient le moment du courage, d’un équilibre entre ceux qui exercent l’autorité et ceux qui doivent la respecter, entre humanité et fermeté, entre droits et devoirs, affirme-t-il. C’est ainsi que nous pourrons nous réconcilier, au-delà de nos différences, sur le chemin de l’unité et de l’espérance. Il y a urgence. »

« À la fin d’une conférence, explique le Général Pierre de Villiers, une femme d’une cinquantaine d’années se présente devant moi, visiblement émue, et me dit qu’elle a peur. “Peur pour samedi prochain.” Son mari, Gilet jaune convaincu, prévoit d’aller manifester à Paris. Or l'unité de CRS à laquelle appartient son fils a été désignée pour y assurer le maintien de l’ordre. Ne vont-ils pas se retrouver face à face ? Cette pensée la hante, comment ne pas la comprendre ? À cet instant, j’ai ressenti le déchirement qui s’opère dans notre nation, l’impérieuse nécessité d’une véritable réconciliation nationale ».

Suite vendredi prochain

Publié dans PROSPECTIVES 2022

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article