LE TROU DE LA SÉCU : UNE VOLONTÉ DÉLIBÉRÉE !

Publié le par GILDEVER

LE TROU DE LA SÉCU : UNE VOLONTÉ DÉLIBÉRÉE !

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021 entérine un déficit 2020 de l’ordre de 45 milliards d’€uros, alors qu’il était chiffré préalablement à 5 milliards. C’était avant le fléau du Covid.19, auquel il faudra ajouter l’allongement du congé paternité et la création d’une cinquième branche dédiée à la dépendance.

De plus, conformément aux accords de Ségur, il faudra ajouter 7 milliards d’€uros dont 5,7 milliards seront budgétés à la revalorisation des salaires des soignants et 1,6 milliard aux investissements dans le système de santé.

Sachant aujourd’hui que pour cette même année 2021, 4,3 milliards d’€uros sont budgétés pour les masques, les tests et s’il y a lieu, les vaccinations.

Un budget dévoilé par Olivier Véran, le Ministre de la Santé, et Olivier Dussopt, le Ministre délégué aux Compte publics.

Nombreux affirmeront que la France consacre le tiers de son Produit Intérieur Brut à la protection sociale soit environ 5 points de plus que la moyenne pour l’Union €uropéenne. C’est sciemment omettre les disparités et les niveaux de vie des pays composant l’Union.

Quant au déficit récurent de la Sécurité Sociale, il provient notamment de son manque de ressources au profit des mutuelles dont il serait indispensable de veiller à une saine gestion à défaut de les voir financer des manifestations sportives ou ludiques ainsi que des associations comme Terra Nova par Harmonie Mutuelle ou La Mutualité Française…

Comme il est écrit sur Cairn.info ‘‘Il faudrait, quand même que l’on commence par répondre à cette question : quel rôle veut-on que les complémentaires jouent dans l’accès aux soins ?’’

IL est de bon ton de reprocher à François Mitterrand d’avoir permis la retraite à 60 ans… Mais l’honnêteté serait de reconnaître que les entreprises sont rares à conserver des séniors dans leurs rangs.

D’autre part, les aides sociales en direction des clandestins (dans un pays qui compte plus de 10 millions de chômeurs ou précaires) participent à alourdir le budget, même s’il dépend de différentes sources.

En raison de la pandémie, les destructions d’emplois à venir, malgré les mesures salutaires du gouvernement, ne présagent pas une embellie permettant des réformes draconiennes.

Il est temps que je retourne à la pêche  !

Kenavo !

GILDEVER

LA FRANCE EST-ELLE ENCORE ‘‘LA FILLE AINÉE DE L’EGLISE’’ ?

Publié dans GILDEVER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article