PROSPECTIVES PRÉSIDENTIELLES 2022 (4)

Publié le par Denis Szalkowski & Charlem

PROSPECTIVES PRÉSIDENTIELLES 2022 (4)
PROSPECTIVES PRÉSIDENTIELLES 2022 (4)

L’Europe, l’Europe…

Nous ne parviendrons pas à changer l’Europe…

L’idée même d’une Europe fédérale est un naufrage intellectuel, là où les Allemands et les pays du Nord s’en sont servis comme un outil de leur politique économique nationale.

Même sur la PAC, nous sommes en train de nous faire rouler dans la farine ! L’Allemagne a besoin d’un €uro fort pour acheter à vil prix ses produits agricoles qu’elle nous exporte et les composants de ses voitures vendues aux Chinois et aux Américains...

Une fois les pièces fabriquées dans les pays de l’Est hors zone €uro, ils les importent, les assemblent à l’aide du contrôle d’ingénieurs et y mettent ensuite un coup de tampon « made in Germany« , avec de faibles coûts de production, du fait du recours massif à la main d’œuvre turque et immigrée payée à coup de lance-pierre.

C’est ça le mirage allemand auquel croient aujourd’hui des millions de Français en achetant des voitures estampillées Mercedes et BMW…

Arrêtons d’être de grands naïfs sur l’Europe !

LA SYMPHONIE DE 2022
 
 
 
Denis Szalkowski  
PROSPECTIVES PRÉSIDENTIELLES 2022 (3)

Ce 12 octobre, à l’occasion de la publication de son nouveau livre ‘‘L’équilibre est un courage. Réparer la France’’, dans les colonnes du Figaro, le Général d’Armée Pierre de Villiers explique à Alexandre Devecchio sa démarche, ses inquiétudes, ses propositions et sa «nouvelle façon de servir». Extraits :

Y a-t-il également une fracture entre les élites et le peuple ?

Depuis les deux grandes fractures stratégiques – à savoir la chute du mur de Berlin en 89, et l’apparition du terrorisme de masse en 2001 – le monde dit multilatéral n’a pas retrouvé son équilibre. Les stabilisateurs automatiques des organisations internationales ne remplissent plus leur rôle aujourd’hui.

Il y a aussi un déséquilibre technologique : on est dans des ruptures absolument incroyables : le numérique, l’intelligence artificielle, la robotisation, l’informatique quantique… À partir de ce constat, j’essaie de tracer trois grandes pistes : la première est de réconcilier la France avec sa jeunesse, la deuxième de réconcilier la nation avec l’État, et la troisième de réconcilier l’homme avec lui-même dans le contexte de ces grands changements.

Oui, bien sûr ! Ce fossé s’est creusé entre nos élites et nos concitoyens, qu’ils soient dans les villes, dans les campagnes, ou dans les cités. Ce fossé, il faut évidemment le combler le plus rapidement possible. J’en ai déjà parlé dans mon livre Qu’est-ce qu’un chef ? Nous vivons une crise de l’autorité. Entraîner des gens avec soi nécessite une vision, une vision dans le temps et une vision dans l’espace. Aujourd’hui on est dans la platitude temporelle et dans la platitude de l’espace. On gère les affaires courantes. Le rétablissement du fil de confiance entre ceux qui décident et ceux qui exécutent est la priorité. C’est vrai dans les entreprises, dans les associations, dans le sport, dans notre société, dans les services publics. Ça commence par là.

Après si on prolonge la réflexion, il y a bien sûr les dirigeants, mais il y a aussi l’État et la nation. L’État n’est pas la finalité dans l’organisation d’une démocratie. L’État organise les affaires de la cité, au service de la nation. Celle-ci est une communauté d’hommes et de femmes qui vivent sur un territoire, la patrie. Cette dernière est l’héritage qui nous est légué que l’on fait vivre et que l’on transmet. C’est cela le schéma normal. Parfois la nation, nos concitoyens, ont l’impression d’être le codicille tandis que l’État serait la priorité.

Site du Général Pierre de Villiers

(Suite vendredi prochain)

Publié dans PROSPECTIVES 2022

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article