AU REVOIR LE SOCIALISME, BIENVENUE A LA SOCIAL-DÉMOCRATIE

Publié le par la-petite-souris-normande.com

 


 

Dans mon billet précédent, je traçais le tableau laissé par le socialisme des dinosaures.

Puis est arrivé "le changement" avec un nouveau gouvernement à l’image réformatrice que souhaitait Manuel Valls.

Deux exceptions : le maintien de Taubira et la nomination de Belkacem à l’Education nationale :

Taubira : le Premier ministre est conscient des ravages de sa politique criminaliste et il aurait bien aimé s’en séparer. Mais… le problème avec Taubira, c’est qu’une fois "virée", elle devient incontrôlable. C’est un électron libre qui ne manquerait pas de se venger en divulguant à la presse sous le manteau, jours après jours, ses révélations sur le "cabinet noir" chargé à l’Elysée de piéger Sarkozy…

Quant à la promotion de Belkacem à l’Education nationale et la Recherche : les chercheurs et les enseignants doivent rire sous cape en sachant qu’elle a échoué par 2 fois au concours de l’Ena... Gageons qu’aujourd’hui elle soit drivée manu militari par Gérard Collomb, son mentor, afin d’éviter ses erreurs récentes sur la « théorie du genre » si chère aux soixante-huitards que représentaient ses prédécesseurs.

Le remplacement de Montebourg par Emmanuel Macron est un signe voulu à l’égard des Chefs d’entreprise. Ce protégé de Jacques Attali et de Pascal Lamy est chargé d’appliquer les fameuses mesures du rapport de Jacques Attali, commandé par Nicolas Sarkozy. Celui-ci ayant reculé face aux chiffons rouges qui pointaient à l’horizon de 2012…

Enfin, le discours du Premier Ministre devant les Chefs d’entreprise, (dans le cadre de l’université d’été du Medef), a confirmé l’engagement social-démocrate voulu par Manuel Valls et qui devrait permettre au Parti Socialiste français d’être enfin reconnu pour son adaptation au Monde d’aujourd’hui…

Confronté à la stagnation de l’économie et à la hausse du chômage, Manuel Valls a essayé de convaincre les Chefs d’entreprise que « La France a besoin de vous ! »

Son intervention au Medef a suscité chez les Chefs d’entreprise de nombreux applaudissements et une standing ovation :

"Moi, j'aime l'entreprise"

"Entrepreneurs, la France a besoin de vous"

"Les Français ne s'y trompent pas, ils apprécient les PME"

"C'est absurde de parler de cadeaux aux entreprises"

"La compétitivité de nos entreprises doit être l'alpha et l'oméga de toute politique économique"

"Le retour de la croissance passera d'abord par le soutien aux entreprises"

"Je sais qu'il est d'usage d'opposer la gauche et le monde de l'entreprise, c'est un vieux refrain (...) Notre pays crève de ces postures".

Pour la France, Il ne reste plus qu’à l’Université d’Été à La Rochelle, que le Premier ministre soit soutenu par une forte majorité de militants et de parlementaires.

  employe-bureau-etoileb-032  

 

Vildenay


Publié dans VILDENAY

Commenter cet article

Victoire de l'Iton 30/08/2014 19:30

En rentrant d'une rude journée de labeur, j'ouvre la télé.

J'en suis restée scandalisée en voyant la Ministre de l'Education Nationale suivant fidèlement, le Premier Ministre ,Manuel Valls, les mains dans les poches, avec une veste rouge, donc,encore plus
remarquée.

C'est une insulte aux parents qui,eux, en sont encore à se débattre avec les rythmes scolaires.

Les parents ont vu cette attitude "j'en foutiste",à la veille de la rentrée scolaire.Cette femme sait très bien répéter ce qu'on lui dit de dire.Si son service de communication lui a demandé de se
promener les mains dans les poches à la veille de la rentrée scolaire, cette femme n'a aucune conscience du mal qu'elle peut faire pour l'Education Nationale dont dépendent nos enfants.

Si la Ministre se promène en dilettante, pourquoi les enfants n'adopteraient-ils pas la même attitude?

Bertrand du Déclin 30/08/2014 14:38

@ bulot mayonnaise
Le libéralisme, c’est déguster des bulots avec une mayonnaise maison. La social-démocratie, c’est avaler les bulots avec de la mayonnaise industrielle.

L’observeure 30/08/2014 14:28

Si j’ai bien compris le contraire de la sociale-démocratie, c’est la démocratie sociale…

le bulot mayonnaise 30/08/2014 01:14

Cela veut dire quoi "social démocratie" ? Concrétement.

la-petite-souris-normande.com 30/08/2014 10:26



La social-démocratie désigne un courant politique réformiste voulant
instaurer le socialisme par voie démocratique, prônant l’économie mixte entre économie de marché réglementée et dirigisme planifié. Historiquement, après la grande rupture de 1917, la
social-démocratie s'oppose au communisme, et accepte la démocratie pluraliste. Ses caractéristiques sont les suivantes :


  démocratie politique,
pluralisme politique et social ;


  keynésianisme ou
néo-keynésianisme (l'État impulse l'initiative privée, politique monétaire et budgétaire laxiste) ;


  importance de la
protection sociale et de l'État-providence ;


  rôle de l'Etat face à
l'économie de marché pour répondre aux « revendications sociales ».


 


La social-démocratie est passée du statut de théorie politique à celui
d'organisation réelle de la société à partir des années 1920. C'est en Suède qu'elle a trouvé à s'accomplir avec le plus de force et dans la durée. Tout en conservant les institutions
démocratiques classiques, les sociaux-démocrates suédois (influencés par l'économiste Gunnar Myrdal… qui reçut le Prix Nobel d'Économie en 1974, soit la même année que Friedrich von Hayek !) ont
créé un État visant à s'occuper de la vie entière des citoyens.


(sources wikibéral)