BERNARD LEROY ET LE CONTOURNEMENT EST LIAISON A28/A13

Publié le par la-petite-souris-normande.com

ble.JPG

 

INTERVENTION DE BERNARD LEROY

Président de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure

A Evreux le 3 juin 2014

Ce contournement est de Rouen, c’est une nécessité, c’est un risque, c’est une opportunité.

Une nécessité : la métropole régionale est asphyxiée par les  camions et véhicules en transit, ceux qui habitent ou vont travailler à Rouen souffrent quotidiennement des embouteillages qui amputent les temps personnels et génère un surcroit de pollution. Le transport de matières dangereuses en ville est une véritable épée de Damoclès au-dessus de nos têtes.

Rouen fait partie des rares métropoles qui ne bénéficie pas d’un contournement et cette infrastructure est attendue depuis plus de 40 ans. Le débat sur l’opportunité de ce contournement a eu lieu. La CASE s’est prononcé pour. C’est devenu une priorité nationale. Notre territoire doit se renforcer pour faire face aux grands enjeux d’une France à 14 régions.

C’est donc une nécessité, mais c’est aussi un risque de défiguration de l’un des plus beau sites de l’Eure : il ne faut pas que ce soit une balafre paysagère irrémédiable. Pour cela il faudra mettre en œuvre les techniques de chirurgie esthétique et réparatrice les plus avancées.

C’est surtout un risque de dégradation de l’environnement et de la qualité de vie des habitants d’Alizay, du Manoir, des Damps, de Lery, de Val-de-Reuil, du Vaudreuil et d’Incarville. Ils comprennent  dans l’immense majorité la nécessité de ce projet, mais ne veulent pas en être les victimes ! Aussi nous devons des maintenant mobiliser nos énergies et nos intelligences pour trouver avec le maitre d’ouvrage des solutions pour assurer les protections sonores et visuelles nécessaires.

Pour cela, je vais proposer que la CASE engage un bureau d’étude technique pour nous aider, nous accompagner et imposer dans le cahier des charges de la concession les paramètres et solutions indispensables pour minorer, voir éliminer les impacts négatifs de cet équipement.

La CASE, traversée par la Vallée de la Seine, dispose de nombreux atouts notamment en matière touristique, elle dispose de locomotives telles que la Base de Loisirs, la serre tropicale, situées entre Giverny et le cœur historique de Rouen. Elle ne peut pas se permettre d’accepter la moindre dégradation de son environnement.

En subissant tous les inconvénients sur son territoire, la CASE compte aussi sur la solidarité financière du Département et de la Région et les compensations naturelles qui se doivent dans ce type d’infrastructure, quand il y va de l’intérêt général. Cette compensation est un minimum que l’Etat doit à notre territoire et à ses habitants.

C’est une nécessité, c’est un risque, mais c’est aussi une opportunité pour notre territoire qui se trouve au carrefour d’un axe nord-sud et est-ouest, véritable capteur d’entreprises désireuses d’être au barycentre des ports de la Manche et de l’ile de France.

La création d’un échangeur au nord de la Seine permettra d’aménager un parc d’activité multimodale au niveau de Pitres, Alizay, Le Manoir, qui redonnera un deuxième souffle à la vallée de l’Andelle, secteur qui se meure lentement à cause de son isolement et qui a vu 600 emplois disparaitre les dernières années.

Mais avant de parler de nouvelle autoroute, il faudra d’abord régler avec l’Etat et son concessionnaire vous avez raison. Le problème des trois échangeurs de Criquebeuf, Incarville et Heudebouville. Criquebeuf où l’on met sa vie en péril tous les jours avec des files remontantes de voitures à l’arrêt sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute, Incarville trop cher et Heudebouville hémiplégique. Et je sais Monsieur le Préfet que vous faites diligence sur ce sujet.

En conclusion, un projet déterminant pour l’avenir du territoire qui requiert la mobilisation des énergies et des intelligences pour en faire une vraie réussite pour tous.

 

Commenter cet article

acid'eure 09/06/2014 11:16

il est vrai que c'est mieux chez les autres !!!! solidarisé oblige !!

Sylvia Mackert 08/06/2014 15:55

il y avait un autre tracé qui ne passe pas par VDR, et pourquoi est-ce qu'on ne choisit pas celui-là ?

Paule Puigserver Gervois 07/06/2014 09:37

Le contournement de ROUEN n'est-il pas "incontournable " ?
Il suffit de circuler sur les quais de la SEINE aux heures de pointe 8H-9H ;17 H - 19H pour se rendre à l'évidence ;-(
Que dire du rond point de Quillebeuf ? et de l'accès ?danger ,pollution ..il n'y a qu'à écouter les maraîchers du coin .
Comme aurait dit ma grand-mère :"on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs "