DUR, DUR, LA LIBERTÉ D'EXPRESSION A VAL-DE-REUIL !

Publié le par la-petite-souris-normande.com

mmsimg791562874.jpg

Mon cher neveu,

Comme vous avez pu le constater, notre bien-aimé Bourgmestre de Val-De-Reuil a fait ériger des colonnes Morris à travers notre cité "aux 60 nationalités" afin que la Liberté d’expression puisse s’afficher à tous les vents.

Enfin, presque !

En effet, lors des campagnes électorales, le rouleau compresseur socialiste fonctionne jour et nuit.

A sa tête, un ancien factotum des services municipaux qui, du temps où il accomplissait sa charge territoriale, excellait en matière d’affichage et de "nettoyage" des fameuses colonnes. Quitte à le croire (et on ne pouvait que le croire à défaut de crime de lèse-MAJesté !), empiétait lourdement sur ses RTT…

Il était si sourcilleux à la tâche, qu’un jour de campagne électorale, se trouvant à la Gare SNCF, il se trompa miraculeusement de pots de colle,  emportant avec lui celui de l'ex pauvre conseillère municipale dite "d’opposition"…

Après un dur labeur, notre travailleur a pris sa retraite passé 60 ans (quel veinard !) et a été recasé dans l’équipe municipale pour le remercier de ses bons et loyaux services.

Au moins à Gauche, il est une vertu cardinale : on sait remercier…

mmsimg1334765500-copie-1Mais revenons à nos colonnes Morris. Les élections cantonales départementales approchant, les affiches des concurrents aux socialistes sont systématiquement lacérées comme une tombée de giboulées de mars ou recouvertes des "voeux" de notre bien-aimé Bourgmestre, même si nous sommes fin février…

Je suis bien persuadée que l’ex-factotum municipal excelle en zèle (comme il l’a si bien pratiqué lors des municipales) et que ce petit billet permettra à notre bien-aimé Bourgmestre de tempérer les ardeurs de son colleur (et décolleur) afin que « Liberté d’expression » soit respectée dans "la plus jeune commune de France".

 

 (à suivre … de près)

   Votre Isa de Malhortie, Baronne de la Case

 

DUR, DUR, LA LIBERTÉ D'EXPRESSION A VAL-DE-REUIL !

Publié dans LA BARONNE DE LA CASE

Commenter cet article