ET ELLE VA RAPPORTER COMBIEN CETTE PISCINE ?

Publié le par la-petite-souris-normande.com

PCT.JPGMon confrère le hibou s’indigne, à juste titre, contre ce projet incomplet.

Mais, cher confrère, c’est fait : L’investissement, si inique soit-il, est réalisé, alors il faudra bien « faire avec ».

Les seules questions intéressantes aujourd’hui sont donc d’ordre prospectif : Combien cela va-t-il rapporter (ou coûter) ?

Tout projet, c’est le BA/BA de la gestion, fait l’objet d’un business plan.

Pour obtenir les crédits nécessaires des banques, la CASE a forcément fait une étude prévisionnelle.

Il serait intéressant d’avoir communication publique de cette étude, surtout au niveau de la capacité d’autofinancement du projet.

Je me demande, d’ailleurs, sur quelle durée cette étude a été faite.

Le président de la CASE, un homme doté nécessairement de très hautes compétences puisqu’il préside aux destinées de 70.000 habitants, estime la durée de vie du complexe nautique à 30 ans.

Alors, en bonne logique, l’étude prévisionnelle a dû être faite sur cette durée…

Nous verrons bien quand l’étude nous sera communiquée, car elle sera communiquée, c’est sûr, elle existe nécessairement.

Mais faisons un calcul « à la grosse », comme le ferait n’importe quel gestionnaire.

20millions d’investissements sur 30 ans, cela fait déjà 670.000 euros par an d’amortissement (20.000.000 divisé par 30, tout simplement).

Le service de la dette ?

Mystère.

Les coûts de fonctionnement : Déjà 36 personnes (chiffre annoncé dans le reportage FR3), cela coûte au bas mot 1.200.000 de masse salariale par an.

Ce centre nautique doit donc coûter au minimum, 2,5 millions par an, hors service de la dette.

Si le ticket d’entrée est à 5 euros la journée, en supposant la piscine ouverte 365 jours par an, cela nécessite donc 1.500 entrées par jour pour couvrir ces frais, ou 750 à 10 euros etc…

Gloups, est-ce bien réaliste ce couple prix/nombre d’entrées !

A moins d’envoyer tous les chômeurs de la maison de l’emploi payer leur baignade chaque jour, je me demande si on ne va pas « boire une belle tasse » avec ce truc-là.

J’ai lu qu’une toute petite piscine municipale de 25 m coûtait 500.000 euros par an, alors un centre de cette taille !

Je dois donc être très loin de la réalité.

NSLTMais attendons les vrais chiffres, mon calcul est vraiment grossier.

Le Scarabée Noir. 

 

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Commenter cet article