EUROPÉENNES 2014 : CE QUI VA CHANGER

Publié le par la-petite-souris-normande.com

cvef1.JPGL’Europe est l’affaire de toutes et de tous, pas seulement des politiques. Voici ce qu’ont à vous dire un groupe de citoyennes responsables.

Du 22 au 25 mai 2014, près de 380 millions de citoyens européens éliront leurs représentants au Parlement européen. Pour la France, ce sera le 25 mai, et il n’y aura qu’UN SEUL TOUR !

Ces premières élections depuis l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne en décembre 2009, revêtent une importance particulière en raison, non seulement des changements instaurés par le Traité, mais aussi par le contexte politique actuel. Ces élections sont en effet marquées par la crise financières et ses conséquences : euroscepticisme, montée du populisme et de l’intolérance… La montée de ces idéologies dangereuses pour la démocratie nécessite une plus grande mobilisation de la part des citoyennes et des citoyens.

Le rôle du Parlement européen :

Le traité de Lisbonne a élargi les compétences du Parlement européen à de nombreux domaines comme la politique énergétique et l’immigration. Ces questions entrent dans le champ de la procédure de « codécision » dans laquelle le Parlement et le Conseil de l’U.E (ou le Conseil des Ministres) sont sur un pied d’égalité. Le Parlement a le dernier mot en ce qui concerne le vote du budget annuel de l’Union Européenne.

Ces nouvelles compétences s’accompagnent d’une plus grande responsabilité vis-à-vis des citoyens européens.

Seul organe directement élu par les citoyens, le Parlement européens est le porte-parole de la volonté des citoyennes et des citoyens sur de nombreux sujets qui concernent directement l’ensemble des pays membres ; il est aussi le garant de la démocratie représentative. Le parlement européen a également le devoir de tenir informé et de collaborer avec les Parlements nationaux.

L’élection du Président de la Commission européenne :

Le grand changement de la prochaine législature du Parlement réside désormais dans sa compétence à élire le Président de la Commission européenne. Sur proposition du Conseil européen, le Parlement élira le candidat présenté par le parti majoritaire élu aux élections européennes. Le parlement aura, en outre, un droit de véto sur les candidats proposés. Le président de la Commission européenne nommera les Commissaires européens mais après audition et vote du Parlement européen.

En étendant la procédure de codécision à la quasi-totalité des politiques communautaires, le Parlement européen renforce son rôle de législateur.

La répartition des sièges en France :

Comme je l’avais souligné dans un précédent article, la répartition des sièges entre les états membres a été modifiée par le Traité de Lisbonne et se fait selon le principe de proportionnalité dégressive. Avec cette répartition et 28 pays membres, la France disposera de 74 sièges.

L’importance du droit communautaire :

On estime aujourd’hui que 60 à 70% des lois françaises sont des transpositions du droit communautaires. Cette proportion devrait encore augmenter avec les nouvelles compétences du Parlement européen. Le droit européen a notamment contribué à la protection des consommateurs, à la recherche médicale, à la régulation des banques, à une meilleure traçabilité des produits alimentaires et à une plus grande coopération dans le domaine de la criminalité.

Aller voter n’est pas seulement faire preuve de citoyenneté, c’est aussi décider des lois qui nous régissent au quotidien.

Le 25 mai, Mobilisez-vous ! Ne laissez pas les autres décider à votre place !

    -008   

  Eliane JD


Publié dans ELIANE JD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sylvia Mackert 24/05/2014 15:11

ça devient l'affaire des politiques une fois élus, car là haut le simple citoyen n'a plus rien à dire, pas de démocratie participative, le bulletin de vote c'est tout.

Je n'ai encore jamais croisé un élu européen dans une réunion publique pour parler d'Europe, ils y pensent seulement pendant la campagne électorale.