LA MANIF DU 22 AVRIL : ENCORE UN SUCCÈS !

Publié le par la-petite-souris-normande.com

 

  

La manifestation organisée à Paris pour les franciliens et ceux qui pouvaient se joindre à eux a réuni beaucoup plus de monde que prévu, et fait preuve d'une détermination et d'un calme exemplaires.

Tout à coup, le silence. Deux cent soixante dix mille personnes sur l'esplanade des Invalides qui se taisent d'un coup. Un moment de silence, incroyable, pour conclure la nouvelle manifestation contre le projet de loi Taubira. Les franciliens sont descendus en nombre dans la rue, entre Denfert et les Invalides, pour exprimer l'opposition déterminée de la majorité du pays à un projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption à deux personnes de même sexe.

Dans une ambiance bon enfant, ils ont ignoré les articles alarmistes sur les violences et sont venus nombreux, en famille. Rodolphe, bouchons dans les oreilles et sifflet dans la bouche, était arrivé des Yvelines avec sa femme et deux de ses trois enfants. « J'espère qu'on va enfin nous entendre », dit-il. Ils sont déjà venus à toutes les manifestations.

Nolwenn aussi est là avec ses quatre enfants. Et ses cinquante amis caennais, qui ont manifesté toute la semaine passée en Normandie. « On est confiant. Tout s'est bien passé, à 99,9%, le reste est très amplifié par les médias ». Ils vont rester mobilisés : « Le 5 mai, on ira à Rennes, et on se réserve pour la grande manifestation du 26! ». Dans la , ils sont nombreux à être revenus pour la énième fois défendre leur vision de la famille et du mariage. Dans un fauteuil roulant, Colette, 89 ans, a tenu à être présente « pour l'avenir de ses petits-enfants ».

  

22-AVRIL-01.JPGDevant l'église Saint-François-Xavier, quelques badauds regardent le cortège passer en voisin. Eric habite dans le quartier. Des violences, il n'en a pas vu: «J'ai trois voitures garées dans le quartier et il ne leur est rien arrivé.» Même son de cloche de la part des commerçants qui travaillent le long du parcours de la manifestation. Chez Monceau Fleurs, « on n'a subi aucune dégradation, mais il faut dire qu'il y a toujours beaucoup de forces de l'ordre présentes ». Ce dimanche, pour la première depuis une semaine, les CRS sont restés à distance des manifestants qui défilaient dans le plus grand calme.

Quelques drapeaux corse et breton se détachent au milieu d'une marée de drapeaux français, comme celui que tient Francis, guichetier à la Poste près de Poissy: « Il y a plein d'autres choses dont le gouvernement devrait s'occuper. » Cédric, au chômage, est d'accord: « Je suis là pour que le gouvernement comprenne enfin que nous sommes nombreux, et qu'il s'occupe d'économie plutôt que faire des lois qui ne servent à rien. »

  

22-AVRIL-02.JPGIl est 17h30, toute la pelouse des Invalides est remplie, du pont Alexandre III jusqu'aux grilles des Invalides. Les porte-paroles de La Manif Pour Tous montent sur les camions, pendant qu'un hélicoptère fait l'aller-retour entre le boulevard Pasteur et la Seine. Les jeunes s'allongent et les enfants jouent sur la pelouse... comme un dimanche au soleil. Le vendeur de crêpes et de boissons fraîches installé devant le métro Invalides a un succès fou en cette fin d'après-midi. Il est à 15 mètres des barrières des CRS. Lui non plus n'a pas subi de dégradation. Sa poubelle, la seule qui n'a pas été enlevée, déborde de canettes.

Encore une Marseillaise et la foule se disperse dans le plus grand calme. Les journalistes un peu désœuvrés tournent en rond. Tout à coup, ils se précipitent devant le centre Air France, attirés par des bruits et de la musique. Fausse alerte: il s'agit d'un groupe de Boliviens qui dansent... La foule continue quant à elle à se disperser paisiblement, plus que jamais décidée à ne rien lâcher, et déjà prête à revenir dans deux semaines.

 

La Manif Pour Tous

 

Publié dans LA MANIF POUR TOUS

Commenter cet article