LES CONTES DE MARIE-FRANCE

Publié le par la-petite-souris-normande.com

foire-aux-bestiaux-1.JPG

 

 

LES AVENTURES DE CAROLINE (1/4)

 

LA FOIRE AUX BESTIAUX

Par un beau matin d’été, Julien a très envie de faire une promenade avec son Papa. « Mais, où est Papa ? », se dit Julien, « je ne l’ai pas encore vu ».

Il part, donc à sa recherche et finit par le trouver dans la pâture derrière le jardin, entrain de planter de nouveaux piquets pour y fixer un grillage.

Julien se précipite : « Papa, je voudrai faire une promenade avec toi. » « Julien, je serais ravi, mais, je te demande d’attendre que je finisse mon travail. « Merci, Papa, je vais m’asseoir pour te regarder travailler ».

Une demi-heure après, Monsieur JOLICOEUR et son fils Julien partent tous deux, la main dans la main, dans la campagne, décidés à faire une longue promenade.

Après avoir découvert quelques fermes, le long chemin qu’ils avaient pris les mena à un village appelé « LE BOUT DU CHEMIN ».  Ce village était très fleuri et accueillant.

En arrivant sur la grande place, ils découvrirent une foire aux animaux.

Julien, passionné par les animaux s’y précipita, suivi de son Papa.

Quelle joie ! tous les animaux de la ferme étaient là : poules, coqs, canards, oies, cochons, moutons, chèvres, chiens, chats, chevaux, ânes, vaches…

« Papa, c’est formidable, je suis très heureux ! »

Le père de Julien qui aimait aussi les animaux, l’accompagna pour visiter la foire. L’enfant avait les yeux brillants de joie. Il approchait chacun d’eux, les caressant même.

Tout à coup, il s’arrêta, stupéfait, découvrant une vache marron comme du caramel, jolie comme un cœur ! le regardant de ses beaux yeux en amande, semblant vouloir lui parler.

Mais, hélas, pensa Julien, les vaches ne parlent pas, quel dommage !

« Papa, regarde comme elle est belle, elle a l’air si gentille, j’aimerais tant que tu l’achètes »

« Mais, Julien, si je l’achète, il faut que nous pensions à faire toute une installation, et puis, il faut s’en occuper ».

« Papa, je te promets que je ferai tout ce qu’il faut pour qu’elle ne s’ennuie pas ».

« Eh bien, Monsieur le fermier, je suis très intéressé par votre vache, combien la vendez-vous ? » ,

« 1000 euros, et je vous fais cadeau d’un licol. »

« Je pense ce prix raisonnable, mais avec son transport, j’imagine ! ».

Voilà donc partis, la vache, Julien et son Papa, conduits par le fermier jusqu’à « CHANTE OISEAU », la propriété de la famille JOLICOEUR.

En arrivant, on l’installa dans une grande étable où fut mis de la paille en abondance ainsi qu’un grand seau d’eau, car notre amie avait très soif.

Et, formidable, l’étable était située dans un grand pré, où l’herbe était très verte de quoi contenter la belle !!!

« Mais Papa, il faudrait lui trouver un nom, qu’en penses-tu ? Je trouve que Caroline lui irait très bien. »

« c’est superbe, Julien, je suis d’accord . Maintenant que Caroline est installée, si nous allions déjeuner . »

Maman avait préparé un délicieux repas pour fêter l’arrivée de notre vache.

Cet après-midi là, l’enfant alla voir son amie. Celle-ci le salua d’un joyeux meuglement, comme pour le remercier. Le petit garçon fut ravi.

Il lui parla gentiment, lui disant toute la joie que son père lui avait fait en l’achetant..

« Maintenant, Caroline, tu sais ce que l’on va faire, je vais te mettre le licol et essayer de te promener dans la pâture, pour voir si je pourrais t’emmener dans la campagne. »

Caroline était ravie et se laissait mener par Julien. L’heure du dîner approchait. Aussi, après avoir donné un peu de foin et surtout de l’eau à sa grande amie, il regagna la maison où il raconta ce qu’il avait fait avec celle-ci et qu’il aimerait bien la promener dans la campagne.

« Si tu veux », lui dit son père, «  mais je t’accompagnerai la première fois ».

« Oh ! merci Papa, quel bonheur ! »

(A suivre)

Commenter cet article