LES CONTES DE MARIE-FRANCE

Publié le par la-petite-souris-normande.com

 

Annesse---anon.JPG

 

LES AVENTURES DE CAROLINE (4/4)

 

L’ÉCHAPPÉE

Au moment du départ, le téléphone sonna : c’était un fermier, à 3km de là, qui avait trouvé dans son étable, Caroline et Tirebouchon.

Caroline meuglait joyeusement en se frottant à ‘’ses sœurs les vaches’’ tandis que son fils jouait avec deux ou trois veaux, heureux d’avoir un nouvel ami.

Quand tout ce petit monde fut de retour à « Chante Oiseau », Monsieur Jolicoeur se demanda comment et pourquoi, la barrière avait été cassée ?

Après avoir beaucoup réfléchi, il pensa que Caroline s’ennuyait malgré la présence de son veau. Il en parla à son fils qui lui dit que ce serait très bien d’avoir un âne, « car, Papa, c’est un animal de très bonne compagnie pour tous les animaux. On pourrait aller voir le Père Mathurin qui élève quelques ânes, peut-être en vendrait-il un ? »

Les voilà partis chez le père Mathurin  qui habitait une petite ferme à quelques kilomètres de là.

Celui-ci  les accueillit avec joie, il était toujours content d’avoir la visite de Julien et son Papa. Aussi, il leur proposa de goûter aux bonnes fraises de son jardin.

Après quoi, il fut question de l’achat d’un âne pour tenir compagnie à Caroline et son veau. Le père Mathurin fut très surpris d’apprendre que Monsieur Jolicoeur possédait une vache et son veau.

En apprenant la nouvelle, le Père Mathurin, déclara : « Mon brave monsieur, ce n’est pas un âne qu’il vous faut, mais une ânesse et son ânon, ce dernier ferait un bon compagnon de jeux pour Tirebouchon, je suis sûr qu’ils s’entendraient très bien.

Monsieur Jolicoeur pensait que c’était une très bonne idée, mais qu’elle lui coûterait plus chère.

Alors Julien supplia son papa d’acheter le petit ânon qui ferait le bonheur de Tirebouchon.

Comme d’habitude, le papa ne peut résister au désir de son fils et l’affaire fut faite.

Lorsque l’ânon et sa maman entrèrent dans le pré, ils se mirent à galoper joyeusement en faisant de petites ruades.

Caroline et Tirebouchon surpris par le bruit de la galopade, arrivèrent pour voir ce qu’il se passait.

Après un instant d’hésitation, ils s’approchèrent de l’ânesse et l’ânon, les accueillant avec un joyeux meuglement auquel, les nouveaux arrivants répondirent par de très gais ‘’hi-hans’’, puis ils se regardèrent tous les quatre afin de faire connaissance. Comme l’étable  était grande, il y avait largement de la place pour tout le monde…

Les jours passèrent et tous les habitants de Chante Oiseau étaient très heureux, aussi bien les quatre compères que Julien et ses parents. Caroline commençait à s’arrondir, annonçant la naissance d’un petit veau dans plusieurs mois : garçon ou fille, ce serait la surprise. Julien, bien sûr, préférerait une fille, mais il faut attendre !!!

Un jour Julien dit à son papa : »Comment s’appellent l’ânesse et son ânon, nous avons oublié de le demander au Père Mathurin. »

« Ne t’inquiètes pas Julien, nous allons l’appeler tout de suite. »

Ils apprirent que le nom de l’ânesse était ‘’Antoinette’’ et celui de l’ânon, ‘’Cadichon’’

Un beau jour, de bon matin, la famille Jolicoeur fut réveillée par des ‘’ hihans  et des  meuglements‘’

Et, comme ce joyeux concert ne s’arrêtait pas, les Jolicoeur se précipitèrent du côté de l’étable.

Julien poussa des cris de joie !!! : il venait de découvrir deux adorables petits veaux qui venaient de naître, que leur maman et Tirebouchon léchaient avec tendresse. Antoinette et Cadichon étaient là, regardant avec amour les deux charmants nouveaux venus. C’était la fête !!!

Julien sautait de joie « des jumeaux, un garçon et une fille, c’est super, il faut leur donner un nom »

Ce fut rapidement décidé : ‘’Marguerite’’ pour la fille et ‘’Roméo’’ pour le petit frère.

Ce soir là, Julien se coucha fort tard, n’arrivant pas à quitter les adorables ‘’nouveaux nés’’.

Il fit un rêve : ‘’Chante Oiseau’’ était devenue une grande ferme d’élevage avec : vaches, veaux, ânes, ânesses, ânons, chevaux, poulains, chiens, chats  et tous les animaux de la basse-cour.

Mon histoire se termine là pour aujourd’hui, mais « patientez « pour la suite des aventures de Caroline que je vous raconterai une autre fois... 

Commenter cet article