MUR DES CONS : PÉTITION POUR CLEMENT WEILL-RAYNAL

Publié le par la-petite-souris-normande.com

 

Liberte-d-Expression.JPG

Robert Ménard, fondateur de l'association française « Reporters Sans Frontières » et, plus récemment, co-fondateur avec Dominique Jamet de BOULEVARD VOLTAIRE invite ses lecteurs à signer la pétition mise en ligne sur CAUSEUR.FR  

Afin que FR3 abandonne ses menaces de sanction contre le journaliste Clément Weil-Raynal qui a eu l’outrecuidance d’accomplir sa mission de journaliste en filmant le “Mur des Cons” qui « ornait » les locaux du Syndicat de la magistrature. Syndicat qui représente 30% des magistrats !

Rappelons que les personnes épinglées sur ce mur sont des hommes politiques, des intellectuels, des journalistes, des militaires, des juges, qui pour l’essentiel sont classés à droite.

Demandons que cesse cette chasse à l’homme.

Au nom de la liberté d’informer, soutenons Clément Weill-Raynal.

Bien évidemment, la Petite Souris Normande s’associe à cette initiative.

Comme l’écrit Robert Ménard, chers lecteurs de notre blog : A vos claviers !

 


Gif ecole livres (23) Vildenay


Publié dans VILDENAY

Commenter cet article

José Alcala 10/05/2013 08:47

@ Vildenay
Je pense que pour prendre position dans quelque domaine que ce soit, il faut posséder tous les éléments d'informations nécessaires. Le fait qu'un journaliste soit dans la tourmente n'implique pas
qu'il ait raison du simple fait qu'il est journaliste....Dans cette affaire le journaliste concerné a statutairement et juridiquement tort. S'il a filmé le mur, ce qui est professionnellement un
bon réflexe, il n'a pas donné les images à sa chaine, celle qui est son employeur, or son contrat l'y oblige. D'ailleurs sa mission ce jour-là était de se rendre au syndicat de la magistrature pour
y réaliser u sujet. En agissant de la sorte il est susceptible d'une sanction interne comme le stipule le contrat qu'il a signé. Une commission statutaire de discipline décidera du niveau de la
sanction. France 3 ne lui reproche pas d'avoir filmé le mur des cons, mais d'avoir donné les images à un concurrent.