RAIN AND TEARS…

Publié le par la-petite-souris-normande.com

 


 

Août 1969.

 

Tonton Guy m’a emmené en vacances au camping « du Petit Bec », près de Saint Jean de Monts en Vendée.

Le « Petit Bec » est un camp de vacances de l’administration tout à fait digne du Club Med, merveilleusement équipé avec toutes sortes d’animations.

Tonton Guy y installe sa caravane sous les pins, à peu près au même endroit, tous les ans.

J’ai installé ma petite tente tout près de la caravane, pour être « indépendant ».

Outre les diverses animations du jour, le lieu privilégié du « Petit Bec », c’est cette magnifique salle où à peu près tout le monde se réunissait chaque soir pour jouer aux cartes et danser.

C’est dans cette salle que j’ai passé la nuit à regarder à la télé les premiers pas des hommes sur la Lune, avec les commentaires éclairés de mon cher tonton Guy.

Un souvenir inoubliable…

Mais tel n’est pas mon propos de ce soir.

L’un des grands intérêts du « Petit Bec », c’était qu’il y avait plein de jeunes « de mon âge » et notamment des jeunes filles…

Nous avions toutes et tous de 15 à 17 ans à l’époque…

Nous attendions avec impatience la fin des soirées, quand les parents avaient dansé « tout leur soul » et que débutaient enfin les slows…

Rain and tears, Night in white satin… que des merveilles…

Qu’a donc réveillé en moi ce magnifique slow 46 ans après ?

Tout simplement un beau souvenir.

Le souvenir du premier amour, le souvenir des premiers émois…

Je ne me souviens plus de son prénom, mais je me souviens de son ravissant visage avec ses cheveux courts « à la garçonne » et ses grands yeux bruns.

Je me souviens aussi de son corps et de ma timide découverte de ses hanches qui ondulaient tout doucement sous mes mains au rythme de Demis Roussos quand nous dansions.

Oh rassurez-vous tout cela restait infiniment prude.

Et je me souviens encore de ses lèvres humides quand nous nous sommes « embrassés ».

Oh rassurez-vous, pas une « grosse galoche », simplement lèvres contre lèvres, on ne savait pas comment faire…

On était très « coincés » à l’époque, à cet âge-là.

Et c’était peut-être mieux ainsi…

  le bulot mayonnaiset eb-011   

 

 

Le bulot mayonnaise.

 

     

 


 

 

 

 

 

Publié dans LE BULOT MAYONNAISE

Commenter cet article