SANS L’ÉDUCATION DES FEMMES, POINT DE SALUT !

Publié le par la-petite-souris-normande.com

SLDFPDS.JPGEn 1976, a été promulguée la loi sur le regroupement familial pour ces travailleurs immigrés qu’on avait fait venir en masse pendant les 30 glorieuses pour travailler dans nos usines et sur nos chantiers.

Louable dessein, encore que la période ait été fort mal choisie, puisque 1976, c’est le second choc pétrolier et le début de cette phase de récession dont nous ne sommes pas encore réellement sortis.

Mais c’est une autre histoire….

Louable dessein certes, mais encore eût-il fallu que cette deuxième phase d’immigration fût accompagnée de l’encadrement nécessaire, bref fût gérée.

A quel phénomène a-t-on alors globalement assisté ?

Des milliers de femmes et d’enfants sont venus s’installer dans cet eldorado qu’était la France, un pays où, pour eux « tout est gratuit ».

Imagine-t-on un instant comment ont pu réagir ces femmes, le plus souvent analphabètes et ne parlant pas un mot de Français, qui sont passées du fin fond du bled Algérien ou Marocain à un appartement au nième étage d’une « barre d’immeubles » en Seine Saint Denis ?

Dans la famille arabe, tout comme dans la famille juive, la mère joue un rôle absolument déterminant dans le cadre de l’éducation des enfants.

Or, le plus souvent, ces pauvres femmes sont restées prostrées entre elles dans leurs ghettos à faire la cuisine sans le moindre contact avec l’extérieur, faute de structures d’accueil efficaces.

Et il s’est produit ce que l’on constate d’ailleurs à peu près partout : la faillite de la famille, l’absence de l’éducation des principes de base de toute vie en société (respect de l’autorité, acceptation des règles, conscience de la nécessité de l’effort etc..).

J’ai toujours été frappé par l’admirable comportement de ces femmes après les « drames terribles ». Souvenons-nous de la belle attitude pleinement responsable de la mère de ce fou qui avait tiré dans une école juive.

Cela semble « bateau » de dire qu’il faut commencer par éduquer les parents, mais en pareil cas, c’est une vérité d’évidence sur laquelle il importe d’insister.

Les beaux discours sur la laïcité et le laxisme dans la répression ne résoudront rien, tant que le problème n’aura pas été pris à la base, c’est-à-dire la famille et son pilier fondateur : la femme.

 

Gif animaux oiseaux (62)  Le Hibou de la Vallée

 


 

Publié dans LE HIBOU DE LA VALLÉE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GERVOIS 09/10/2013 10:54

Depuis hier j'écoute l'Histoire de Marala ,la jeune pakistanaise qui pourrait recevoir le Prix Nobel de la Paix ;Il me revient en mémoire une anecdote personnelle que j'ai envie de vous livrer .En
1967 j'enseignais en Algérie .J'avais en classe des adolescents garçons de 14 -16 ans . En mai je leur ai annoncé mon départ en congé de maternité .L'un d'eux me dit :"Madame nous vous souhaitons
un petit garçon " .Je m'étonnais :"C'est mon premier bébé et fille ou garçon ,je serai très heureuse " .Et il me fit cette surprenante réponse :
" chez nous les femmes sont très malheureuses " .
C'était une prise de conscience de ce jeune ,il y a 46 ans ..
J'ai eu une magnifique fille .

GERVOIS 08/10/2013 09:01

Je partage cette analyse .Le Père et la Mère ont des rôles différents au sein de la Famille .
Les deux rôles sont aussi louables et complémentaires .
Personnellement je pense que le refus de ce que je considère comme une réalité est une des causes du grand "Désarroi "de nos jeunes .